Aquaman, le trident de la mer

3

S’il a parfois été ridiculisé par le passé, personne n’aura envie de se moquer du Aquaman joué par Jason Momoa dans l’adaptation cinématographique de James Wan, disponible dès aujourd’hui en Blu-ray, DVD et vidéo sur demande.

Fruit de l’union interdite entre Atlanna, la reine d’Atlantis, et Tom, un simple gardien de phare humain, Arthur Curry représente la preuve vivante que les deux espèces peuvent coexister paisiblement. Cette paix est malheureusement fragile, et lorsque des pirates torpillent la légendaire cité engloutie, les Atlantes en colère déclarent la guerre à l’humanité, renvoyant tous les navires et des millions de tonnes de déchets sur les côtes. Dans une tentative désespérée pour empêcher que le conflit ne s’envenime, la princesse Mera remonte à la surface afin de convaincre Arthur de reprendre le trône d’Atlantis à son belliqueux demi-frère, le roi Orm. Bien qu’il n’ait pas la moindre envie de régner, Aquaman partira à la recherche du trident sacré d’Atlan pour devenir non pas un souverain, mais un héros capable d’unir les habitants de la terre et ceux des sept mers.

La pochette du boîtier

Comme il a longtemps été la risée du monde des super-héros, une adaptation au grand écran d’Aquaman représentait un pari risqué, mais en engageant Jason Momoa dans le rôle-titre (un acteur qui, sans être blond comme la version dessinée d’Arthur Curry, est assez viril pour assumer le costume or et vert de l’homme-poisson), le film parvient à rendre cool un personnage trop souvent mal-aimé. Scénarisée en partie par Geoff Johns, un monument de la BD américaine, cette inévitable histoire d’origine sert surtout à introduire l’univers et ses principaux protagonistes, mais grâce à un soupçon de conscience écologique et un côté léger et amusant qui a parfois fait défaut aux productions cinématographiques de DC dans les dernières années, le long-métrage saura divertir les amateurs de comics.

Surtout associé à des films d’horreur (Saw, Insidious, The Conjuring, etc.), James Wan livre le genre de visuels auxquels on s’attend d’un film de superhéros, mais la force d’Aquaman est d’offrir une esthétique vraiment unique, qui laisse les conditions de vie sous-marine influencer l’ensemble de sa conception, des costumes aux courbes des vaisseaux. Le réalisateur tire aussi profit de la gravité, bien différente sous l’eau, pour créer des mouvements gracieux et inusités lors des combats, sans oublier les cheveux et les vêtements des protagonistes ondoyant en permanence. Avec ses mégapoles aquatiques, ses monstres d’inspiration lovecraftienne et ses soldats atlantes utilisant des hippocampes géants ou des requins comme montures, Wan produit régulièrement des images aussi féériques qu’Avatar.

Image tirée du film

Aquaman doit beaucoup à la présence de Jason Momoa (Game of Thrones, Conan), et il est difficile d’imaginer quel autre aurait acteur aurait pu imposer autant le respect et moderniser l’image du super-héros. En dépit d’un costume lui donnant l’air d’une version adulte de La Petite Sirène, Amber Heard livre une performance plus proche de la guerrière que de la princesse dans la peau de Mera. Afin de leur permettre de jouer les mêmes personnages à trente ans d’intervalle, Willem Dafoe (Vulko), Temuera Morrison (Tom Curry) et Nicole Kidman (Atlanna) sont soumis à une cure de jouvence par ordinateur leur donnant une allure sinistre et très peu naturelle dans certaines scènes. Dolph Lundgren, Yahya Adbul-Mateem II, Graham McTavish et un Patrick Wilson méconnaissable en blondinet complètent cette solide distribution.

En se procurant l’édition Combo Pack d’Aquaman, on obtient le film dans tous les formats (Blu-ray, DVD et numérique). La production s’est surpassée en terme de matériel supplémentaire, et en plus d’un aperçu de Shazam, on compte pas moins de douze revuettes, certaines allant jusqu’à une vingtaine de minutes, et abordant toutes les facettes du long-métrage, des costumes à la conception des créatures marines et de l’univers, en passant par les défis d’adaptation de la bande dessinée, la préparation et l’entraînement de Jason Momoa pour le rôle, des portraits des personnages féminins et des méchants, des secrets de tournage, et j’en passe. Même les plus curieux seront comblés.

Aquaman n’est peut-être pas le meilleur film de superhéros qui soit, mais tout en redonnant ses lettres de noblesse à un personnage mal-aimé, James Wan insuffle juste assez de personnalité à la formule pour que son long-métrage se démarque des autres productions du genre.

7/10

Aquaman

Réalisation : James Wan

Scénario : David Leslie, Johnson McGoldrick, Will Beall, Geoff Johns et James Wan (d’après des personnages créés par Mort Weisinger et Paul Norris)

Avec : Jason Momoa, Amber Heard, Willem Dafoe, Patrick Wilson, Nicole Kidman et Dolph Lundgren

Durée : 143 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français, espagnol et portugais


Autres contenus:

Woman at War – De la chorale à l’arc à flèches

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

3 commentaires

  1. Pingback: Critique Aquaman - Patrick Robert

  2. Pingback: FIFA - Au temps où les Arabes dansaient: le désir de s’exprimer face à la censure fondamentaliste - pieuvre.ca

  3. Pingback: Shazam!, le plus rigolo des superhéros - Pieuvre.ca

Répondre