MSI cible les créateurs avec de nouveaux ordinateurs portables

2

La compagnie taïwanaise MSI, bien connue dans le milieu du jeu sur ordinateur et de l’informatique haute performance, souhaite développer davantage ses parts de marché auprès des créateurs de contenus. Pour ce faire, l’entreprise met en marché deux nouvelles gammes d’ordinateurs portables de haut vol. Et aux prix établis en conséquence, bien sûr.

Sans abandonner ses racines, clairement solidement installés dans le roc du jeu sur ordinateur et des boîtiers complets et des ordinateurs portatifs haute performance, MSI se fait ici plus discrète. Finis, les logos multicolores et les éclairages parfois tape-à-l’oeil.

« Des gens me disaient qu’ils étaient gênés d’aller en réunion, au bureau, avec leur portable MSI lumineux », confie ainsi un représentant de la compagnie, lors d’une démonstration organisée dans un hôtel montréalais. Désir de discrétion ou non, les deux nouvelles gammes de la série Prestige, baptisées PS42 et P65, donnent définitivement dans la sobriété. Châssis en aluminium brossé, construction sensiblement légère et robuste (le poids des deux types de machines varie entre 1,2 et 1,9 kilos), autonomie allant de huit à dix heures pour une utilisation dite « normale », carte graphique intégrée Intel ou encore diverses variantes des cartes GeForce du fabricant NVIDIA… On souhaite vraisemblablement nous en mettre plein la vue.

Et toujours pour séduire cette clientèle dite des « prosumers » – les consommateurs professionnels, âgée de 25 à 35 ans, comparativement aux joueurs classés comme ayant de 16 à 25 ans –, on a aussi pensé à installer un détecteur d’empreintes digitales, afin de rendre le tout compatible avec les mesures de sécurité en entreprise, y compris les normes de Microsoft.

Mieux encore, les deux côtés des deux types de portables regorgent de connecteurs et autres ports. HDMI, Thunderbird, USB-C, voire connecteur audio 3,5 mm et même un véritable port RJ-45 pour connexion réseau filaire; on a définitivement pensé à une clientèle qui n’a franchement pas envie de traîner de (trop) nombreux adaptateurs avec soi.

Un écran qui en jette

Autant pour le PS42 que le P65, le modèle plus haut de gamme, on a également maximisé l’espace réservé à l’écran. Avec comme résultat ce qui est probablement le plus impressionnant sur ces nouveaux ordinateurs: en réduisant le « cadre » métallique de l’écran à sa plus simple expression, les ingénieurs de chez MSI ont réussi à faire tenir l’écran dans un boîtier plus petit, gagnant en moyenne un pouce de diagonale dans le même espace. Résultat: un ordinateur moins volumineux, et donc légèrement moins lourd.

Bien entendu, cette performance a un prix: pour le PS42, avec ses 16 gigaoctets de mémoire vive et son écran de 14 pouces, les différentes configurations de carte graphique, d’espace de stockage et de version de Windows 10 vont de 1370$ à 1615$ sur Amazon.

Du côté du P65, la déclinaison la plus abordable, avec son écran de 15 pouces, sa mémoire vive de 16 gigaoctets, son disque dur SSD de 512 gigaoctets et sa carte graphique GTX 1060, entraînera un débours de 2400$ sur la même boutique en ligne.

Mais si vous désirez obtenir le nec plus ultra de cette nouvelle gamme, en doublant la mémoire vive et l’espace disque, en plus de changer la carte graphique intégrée pour une GTX 1070, le prix bondit à 3500$.

Pour ce prix, c’est la question de la mobilité qui se pose: s’il est essentiel de disposer d’un ordinateur particulièrement puissant dans sa forme portative, alors ces nouvelles propositions de MSI répondront certainement aux attentes. Dans le cas contraire, une tour traditionnelle coûtera certainement moins cher, pour une performance équivalente, voire supérieure. Là est tout le dilemme!


Autres contenus:

Archer C5400X: l’envahisseur venu du web

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

2 commentaires

  1. Pingback: À 25 ans, Druide informatique voit grand

  2. Pingback: Banc d’essai: le Mate20 Pro, le téléphone à tout faire

Répondre