The Council – Hide and Seek: à l’affût du complot

1

Après une entrée remarquée dans l’univers des jeux narratifs, Hide and Seek, le deuxième épisode de The Council, ne risque pas de décevoir ceux et celles qui brûlaient de poursuivre l’enquête sur la disparition de Sarah de Richet.

En incorporant des mécaniques de jeu substantielles à son expérience, dont un choix de classe et un système d’évolution de personnage empruntant aux RPG, The Council a fait une entrée fracassante dans le monde du jeu narratif avec The Mad Ones (lire notre critique ici). Bien sûr, comme le récit se modifie en fonction des décisions du joueur, le contexte de Hide and Seek sera légèrement différent pour chacun, mais ce nouvel épisode continue de s’axer autour de l’enquête menée par Louis de Richet pour élucider la disparition de sa mère, Sarah.

Comme si une seule disparition ne suffisait pas, Elizabeth Adams, la fille du vice-président des États-Unis, disparaît à son tour lorsque débute Hide and Seek. Soupçonné d’être impliqué dans l’affaire, Louis de Richet aura enfin l’occasion de faire la connaissance de son mystérieux hôte, Lord Mortimer. Au moment où le dernier invité, le politicien espagnol Manuel Godoy, rejoint les autres convives sur l’île privée, les raisons derrière cette réunion de gens influents, parmi lesquels George Washington et Napoléon Bonaparte, demeurent toujours aussi nébuleuses.

Image tirée du jeu

Hide and Seek semble un peu plus court que The Mad Ones, avec seulement trois chapitres, qui sont tellement bons qu’on en voudrait plus que les deux heures de jeu que procure l’épisode. Le titre transforme toujours les simples conversations en confrontations qu’il faut remporter, mais ce second volet délaisse un peu les interactions avec les autres personnages en faveur de puzzles, et une large portion du jeu consiste à explorer le manoir de notre hôte, dans une expérience d’enquête qui évoque les derniers Sherlock Holmes.

Contrairement aux jeux narratifs de Telltale, The Council propose des environnements complets en 3D et un contrôle sur le placement de la caméra. Les mouvements sont donc fluides, et ne souffrent pas de la même rigidité que la plupart des titres du genre. Certaines textures produisent de l’aliasing à l’écran, mais dans l’ensemble, les rendus sont très beaux. En plus de nous permettre de continuer l’évolution de notre personnage, le second épisode ajoute également de nouveaux talents, qu’on peut acquérir en remplissant divers défis.

The Council s’annonce comme le meilleur jeu narratif de l’année, et même si son second épisode est un peu plus court que le premier, ceux et celles qui ont joué The Mad Ones voudront absolument se le procurer. Dommage qu’il faille attendre un autre deux mois pour connaître la suite…

7.5/10

The Council, Episode Two: Hide & Seek

Développeur : Big Bad Wolf

Éditeur : Focus Home Interactive

Plateformes : Windows, PS4 et Xbox One (testé sur Xbox One)


En complément:

Voyage au coeur de la folie, avec Hellblade: Senua’s Sacrifice

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Moonlighter: Donjons et Gestion

Répondre