Volantia, le surprenant royaume volant

0

Dans le monde de Volantia, le joueur devra entreprendre une quête en apparence simple: relier entre eux des obélisques permettant au royaume dont il a la charge de survivre, perché dans les nuages. Pourtant, le titre de Tangled Mess Games réserve quelques surprises…

« L’idée était d’avoir un jeu où l’on gère un royaume, mais plutôt que d’être à la merci d’un territoire prédéterminé ou généré au hasard, dans Volantia, nous voulions que la construction de votre territoire fasse partie intégrante des aspects intéressants du jeu », confie Marc Luck, l’un des développeurs ayant conçu le jeu.

Car Volantia est d’abord un jeu de gestion de ressources, des ressources qui se retrouvent éparpillées sur des sections de territoire qui seront générées au fil du temps. À l’image d’un jeu de construction – ou, pour les connaisseurs, un peu à l’image de la construction du plateau de jeu hexagonal de Catane –Volantia exige que l’on prenne du temps pour prévoir l’expansion du « terrain de jeu ».

Les ressources convoitées doivent ainsi être accessibles, soit en construisant par la suite les routes nécessaires pour que les travailleurs puissent s’y rendre et y exploiter le nécessaire. Sans oublier la première étape: s’assurer que les morceaux du « casse-tête » géographique s’emboîtent bien les unes dans les autres.

Ainsi, Marc Luck a beau parler d’un jeu relaxant, d’un titre qui n’exige pas, par exemple, de se prémunir contre des attaques toujours plus importantes d’une quelconque force barbare ou de moult ennemis, la dimension stratégique est bel et bien là. D’autant plus qu’en mode campagne, il faut impérativement relier un nombre précis d’obélisques en eux, histoire de garantir la flottaison de notre royaume. Sans cela, la partie prend fin avec ce que l’on imagine être une longue chute vers l’anéantissement.

Si Volantia peut facilement être caractérisé comme étant un jeu plus simple que les mastodontes du 4X publiés par Paradox et consorts, il ne s’agit néanmoins pas d’un petit jeu, dans le sens péjoratif du terme. Certes, l’aspect visuel du titre peut porter à penser que le jeu est rudimentaire, mais l’habit ne faisant pas le moine, on constatera rapidement que le titre nécessite une bonne séance de remue-méninges pour s’en tirer et atteindre le but fixé, soit la sauvegarde de son royaume. Avec la multiplication des ressources et une planification économique et scientifique imposante, Volantia promet certainement plusieurs parties enlevantes.

Un titre à essayer, donc, histoire de confirmer que ce ne sont certainement pas seulement les grands studios qui sont en mesure de créer les conditions nécessaires à une séance de jeu enlevante et prenante.

Volantia

Développeur / éditeur: Tangled Mess Games

Plateforme: Windows et Mac OS (testé sur Windows)

Jeu uniquement disponible en anglais


En complément:

City of Brass et son charme oriental

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre