Fouiller pour comprendre Wagner et ses opéras

0

Une plongée au cœur de la poésie et de la musique pour une meilleure compréhension de la mythologie et pour aider à comprendre le sens que Richard Wagner entendait donner à l’Œuvre d’art totale.

Voilà à quoi nous convie le sémiologue et professeur émérite de l’Université de Montréal, Jean-Jacques Nattiez, dans Les récits cachés de Richard Wagner – Art poétique, rêve et sexualité du Vaisseau fantôme à Parsifal, publié aux Presses de l’Université de Montréal.

Nattiez est l’auteur de nombreux ouvrages sur la musique et les compositeurs dont au moins six qui traitent de Richard Wagner. C’est dire s’il s’est intéressé de près au maître de Bayreuth et j’ajouterai qu’il sait s’y prendre pour nous le rendre intéressant. Si le sujet de cet ouvrage concerne les 10 opéras les plus célèbres de Wagner, leur construction, leur sens et leurs remaniements presque perpétuels, l’auteur en profite pour nous présenter un être habité par autant de questionnements que de talents. On nous le dépeint comme un compositeur fiévreux qui travaille à plusieurs œuvres à la fois et les remet constamment sur le métier, non seulement pour des raisons artistiques, mais aussi philosophiques. On nous montre aussi un antisémite à ce point convaincu qu’il perd tout son sens critique musical lors que son vis-à-vis est juif. Un homme inquiet de sa masculinité qui se persuade que si le principe masculin, associé à la poésie, ne féconde pas le principe féminin, la musique, l’opéra n’existe pas.

Enfin, même si on a le sentiment d’en apprendre beaucoup sur la pensée du grand Wagner, il demeure que Nattiez nous présente, de façon intelligible et très bien documentée, une analyse très intéressante des opéras du compositeur. Citant des textes de plusieurs époques et même les siens propres, Jean-Jacques Nattiez nous livre une réflexion qui est loin d’être impersonnelle et c’est certainement une grande qualité de son essai. Démêlant une pelote fort complexe, Nattiez a su rattacher les fils pour guider le lecteur dans le merveilleux monde des opéras de Wagner.


En complément:

Des dessins de l’univers de la Culture, d’Iain Banks, publiés en 2019

Partagez

À propos du journaliste

Martin Prévost

Martin Prévost fréquente la scène culturelle montréalaise depuis plus de trente ans. À titre de chroniqueur culturel, il a collaboré au magazine Paraquad durant deux ans et il est un fidèle de Pieuvre.ca depuis ses débuts. Ses intérêts vont du design à la danse contemporaine en passant par les arts du cirque, la musique du monde, la littérature, le théâtre, les arts visuels et le cinéma. Musicien amateur, il consacre la plupart de ses interventions pour Pieuvre.ca à la musique classique, de la musique de chambre à l’opéra.

Répondre