Geostorm : un thriller climatique

1

Inspiré par les phénomènes météo extrêmes de plus en plus fréquents, le producteur de films-catastrophes Dean Devlin signe son propre long-métrage apocalyptique, avec Geostorm.

Pour protéger l’humanité des phénomènes météo extrêmes s’abattant sur la planète, et qui, en 2019, peuvent causer jusqu’à deux millions de morts en une seule journée, les scientifiques ont dû construire un réseau de satellites entourant le globe d’une sorte de « filet » capable d’influencer le climat. Trois ans plus tard, alors que les États-Unis s’apprêtent à céder le contrôle du système aux Nations unies, de nombreux problèmes de fonctionnement surgissent, avec chaque fois des conséquences terribles pour la Terre. S’agit-il d’une avarie technique, d’un virus envoyé par un pirate informatique, ou d’un acte de sabotage pur et simple?

La pochette du boîtier

Avec le réchauffement climatique, les tempêtes, les inondations ou les vagues de chaleur seront non seulement plus fréquentes, mais aussi de plus en plus dévastatrices. En imaginant comment la situation pourrait s’aggraver dans un avenir rapproché, le réalisateur Dean Devlin s’est retrouvé avec le sujet idéal pour un film catastrophe. En plus de mettre en scène des phénomènes météo vraiment extrêmes, Geostorm injecte une dose de saine paranoïa à son récit, en rappelant au passage que la technologie n’est pas toujours la solution, et que même la plus altruiste des inventions peut se transformer en arme dans les mauvaises mains.

Bien que la querelle (et l’inévitable réconciliation) entre Jake Lawson, le créateur du réseau de satellites, et son frère Max, un employé du gouvernement qui l’a congédié, fournit juste assez de human interest pour maintenir notre intérêt entre deux scènes bourrées d’effets spéciaux, que l’idée d’un gouvernement américain luttant contre les changements climatiques relève présentement de la science-fiction, et que la finale est tellement hollywoodienne qu’elle frise le ridicule, on ne regarde évidemment pas un film catastrophe pour son histoire, mais bien pour sa destruction à grande échelle, et en ce sens, Geostorm ne déçoit pas.

Image tirée du film

Alors que la plupart des films du genre se concentrent sur un seul et unique phénomène météo (le refroidissement subit dans The Day After Tomorrow, un tsunami géant dans The Wave), Geostorm propose un bel assortiment de calamités climatiques, et plusieurs séquences montrant des grêlons plus gros qu’une citrouille, un village entièrement gelé en Afghanistan, des gratte-ciels qui s’effondrent les uns sur les autres à Hong Kong, cinquante tornades s’abattant simultanément sur Mumbai, ou une poursuite de voitures sous un déluge d’éclairs électriques.

J’ignore pourquoi on a choisi Gerard Butler, héros de films d’action, pour interpréter le personnage principal de Jake Lawson. Je ne dis pas que les scientifiques qui pratiquent la musculature, boivent de l’alcool en avant-midi et assènent des coups de poing à leurs collègues n’existent pas, mais peu importe la justesse de sa performance, on imagine davantage Butler faire des cascades et tirer du fusil que résoudre des équations mathématiques et des problèmes techniques. Interprétant son frère Max, Jim Sturgess est déjà plus crédible. La présence de comédiens tels Richard Schiff, Mare Winningham, Ed Harris ou Andy Garcia vient également rehausser le niveau de la distribution.

L’édition Combo Pack maintenant disponible comprend le film sur disques Blu-ray et DVD, et s’assortit d’un code pour télécharger une copie numérique. Trois courtes revuettes constituent l’essentiel du matériel supplémentaire. La première se consacre entièrement aux effets spéciaux; le réalisateur parle de son inspiration pour le scénario dans la seconde, et la dernière traite de l’aspect international du long-métrage, autant en termes de locations de tournage que des membres de l’équipe.

Même si, comme la majorité des films-catastrophes, son scénario est peu profond, Geostorm procure un bon divertissement, avec juste assez de scènes de destruction massive et spectaculaire pour maintenir notre intérêt durant le visionnement.

6.5/10

Geostorm

Réalisation : Dean Devlin

Scénario : Dean Devlin et Paul Guyot

Avec : Gerard Butler, Jim Sturgess, Abbie Cornish, Andy Garcia, Richard Schiff et Ed Harris

Durée : 109 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français, espagnol et portugais


Jackie Chan voit noir en se réinventant dans The Foreigner

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique Geostorm - Patrick Robert

Répondre