Blade Runner 2049 : le retour des Replicants

2

Denis Villeneuve s’est attaqué à un gros morceau en acceptant de faire une suite au film culte de Ridley Scott, et la sortie cette semaine de Blade Runner 2049 en Blu-ray et DVD permet de constater que le réalisateur québécois s’est plutôt bien tiré d’affaire.

Aux côtés du 2001: A Space Odyssey de Stanley Kubrick, Blade Runner est considéré par la vaste majorité des critiques (et par bon nombre de cinéphiles) comme le meilleur film de science-fiction de tous les temps. Tenter de faire une suite à ce chef-d’œuvre visionnaire et avant-gardiste est le genre de défi sur lequel il est très facile de se casser les dents, ce qui explique sans doute pourquoi il aura fallu pas moins de trente-cinq ans avant qu’un cinéaste n’accepte d’assumer cette tâche ingrate.

La pochette du boîtier

Denis Villeneuve a bien fait ses devoirs. Los Angeles sous une pluie constante, l’éclairage au néon des publicités géantes sur le flanc des gratte-ciels, les voitures volantes déglinguées, l’omniprésence du chinois, les longues notes de synthé évoquant la trame sonore de Vangelis : dès les premières minutes, on retrouve l’univers créé par Ridley Scott en 1982, et la même facture visuelle. Le réalisateur multiplie d’ailleurs les clins d’œil au Blade Runner original à travers son long-métrage, une marque de respect qui réjouira les nombreux amateurs.

Malheureusement, le maître de la science-fiction Philip K. Dick (dont la nouvelle Do Androids Dream of Electric Sheep? a servi de base au film de 1982) est décédé, et bien que Denis Villeneuve ait fait appel aux services de Michael Green (Logan) et Hampton Francher (l’un des scénaristes du Blade Runner original), le scénario est le point faible de 2049. Relatant une chasse à l’homme pour retrouver un enfant qui serait né d’un Replicant femelle bien que ceux-ci soient censés être stériles, le fait que cette mince trame narrative s’étire sur près de 2h45 n’améliore pas les choses.

Image tirée du film

Au niveau de la distribution, Denis Villeneuve s’est payé la traite. En dehors des têtes d’affiche, comme Ryan Gosling, Robin Wright et Jared Leto, il utilise des acteurs de la trempe de Dave Bautista (Guardians of the Galaxy), Mackenzie Davis (Halt and Catch Fire) ou Lennie James (The Walking Dead) pour combler non pas des rôles secondaires, mais tertiaires. Reprenant son personnage de Deckard, Harrison Ford sonne faux pour la première fois de sa carrière, et on retrouve brièvement Edward James Olmos, qui incarne à nouveau Gaff, le détective du premier film.

Blade Runner 2049 est disponible en édition Combo Pack, contenant le long-métrage sur disques Blu-ray et DVD, ainsi qu’un code pour télécharger une copie numérique. Du côté du matériel supplémentaire, on retrouve les bonus habituels, mais on compte surtout trois courts-métrages (dont une animation de Shinichirô Watanabe) faisant le lien entre le film de Ridley Scott et cette suite, en présentant trois histoires se déroulant en 2022, 2036 et 2048. On regarde habituellement les extras après le visionnement, mais dans ce cas-ci, il est recommandé de regarder ces trois prologues avant.

Bien que le résultat final soit moins intéressant que son Arrival, Denis Villeneuve livre un très bon film de science-fiction avec Blade Runner 2049. C’est seulement que son long-métrage risque de souffrir des inévitables comparaisons avec le chef-d’œuvre dont il est la suite.

7,5/10

Blade Runner 2049

Scénario : Hampton Francher et Michael Green (d’après la nouvelle de Philip K. Dick)

Avec : Ryan Gosling, Robin Wright, Jared Leto, Dave Bautista, Edward James Olmos et Harrison Ford

Durée : 164 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français, espagnol et portugais


En complément:

The Post: de l’urgence sans risques

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Critique Blade Runner 2049 - Patrick Robert

  2. Pingback: Hochelaga – François Girard sort de sa tanière

Répondre