Spintires: MudRunners, pour l’amateur de bouette en vous

1

Quelques camions. Un route détrempée. Une simulation de conduite dans des conditions franchement déplaisantes. Il n’en fallait pas plus pour que Spintires remporte un succès surprise auprès des amateurs de simulation. Finies, les pistes bien goudronnées des jeux de course ou le sable des rallyes. Place à la profonde boue collante et envahissante de la Sibérie. Pourquoi, alors, ne pas étendre le concept lors de la suite?

Voilà donc que débarque Spintires: Mudrunners. Présenté comme la « version ultime » du succès indépendant, le titre développé par Saber Interactive et publié par Focus Home Interactive paraît sur PC, certes, mais s’étend maintenant sur Xbox One et Playstation 4.

On y retrouve les cinq environnements du jeu original, mais on ajoute aussi un mode « bac à sable » (sandbox), des missions supplémentaires, près d’une quinzaine de nouveaux véhicules (pour un total de 19), une refonte graphique, un mode multijoueurs prévu pour un maximum de quatre joueurs… Bref, les développeurs s’en sont donné à coeur joie.

Et tout cela est positif: le jeu est effectivement plus complet que son prédécesseur. Pas question, non plus, de produire une suite un an seulement après avoir lancé le premier jeu, histoire de pousser les joueurs à délier de nouveau les cordons de la bourse, au risque de susciter des critiques à propos d’un premier titre incomplet.

Cependant, après avoir testé quelques véhicules, après s’être embourbé dans la toundra et les pistes mal dégagées, on en vient à la conclusion que Spintires est… un jeu de simulation de conduite où l’on tente de ne pas s’embourber dans la toundra sibérienne. Sans plus. En ce sens, le jeu répond à un besoin particulièrement ciblé du marché; tant mieux pour ceux que la conduite de poids lourds en forêt passionne, mais force est d’admettre que l’intérêt diminue rapidement. D’autant plus que les contrôles deviennent promptement exécrables. Sur clavier, on se retrouve à chercher les raccourcis pour des fonctionnalités simples. Avec une manette entre les mains, on se bat contre une caméra qui semble avoir comme mission de se placer exactement là où il ne faut pas, en ne nous donnant jamais le bon angle pour correctement contrôler notre camion.

Nul doute qu’une mise à jour saura corriger cet irritant majeur, mais tous les correctifs du monde ne parviendront pas à faire disparaître l’impression que le jeu a bien moins de profondeur que les flaques dans lesquelles on s’enlise. Pour passionnés seulement.


En complément:

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Un commentaire

  1. Avatar

    Spin Tire à toujours eu des problèmes de caméra, ça fait presque partie du cachet du jeux. Étant un joueur à la console j’aime beaucoup mieu les controles sur la console que sur pc.

Répondre