À la conquête du cosmos avec Everspace

1

Si vous avez toujours rêvé d’explorer l’espace à bord d’un vaisseau et de prendre part à des combats épiques, vous apprécierez Everspace, un jeu de type « rogue-like » qui vous ouvre les portes du cosmos.

Prenant place dans le futur lointain de l’an 3000, alors que le voyage intergalactique est devenu une réalité et qu’une guerre opposant la flotte coloniale aux Okkar, une race reptilienne belliqueuse, fait rage, Everspace est un jeu d’exploration et de combat spatial aux visuels absolument spectaculaires, dont le but consiste à traverser le système 34, un amas d’étoiles se trouvant au cœur de la zone de conflit, pour rejoindre un laboratoire situé à l’autre bout de la galaxie. Si l’objectif peut paraître simple, les choses se compliquent rapidement, puisque le titre s’inspire des jeux de type « rogue-like », et on ne dispose que d’un seul vaisseau (et d’une seule vie) pour tenter de mener à bien ce long et périlleux périple.

Image tirée du jeu

Trois vaisseaux sont disponibles, offrant chacun assez d’options de personnalisation sous le capot pour compenser cette mince sélection. La carte de jeu se divise en zones, comptant entre six et neuf planètes, et propose une série d’itinéraires pour traverser le secteur et se rendre au suivant. En plus des affrontements avec les Okkar ou les pirates écumant le cosmos, l’exploration joue aussi un rôle crucial dans l’expérience, et ce n’est qu’en fouillant l’orbite des planètes qu’on trouve des plans pour de nouvelles technologies, des minerais à extraire ou de l’essence, autant de ressources qui servent à augmenter les capacités de son engin, notamment sa puissance de tir, son armure, sa vitesse, ou encore la portée de son scanneur.

Comme dans tous les jeux de type « rogue-like », Everspace tient pour acquis que le joueur sera tué, souvent, et va jusqu’à incorporer cette mécanique à son histoire en nous faisant incarner un clone, ce qui justifie qu’après chaque décès, on ressuscite miraculeusement dans le même corps. Trois niveaux de difficulté sont disponibles, ce qui devrait procurer un défi à la mesure de chacun. Même si on repart depuis le début chaque fois qu’on meurt et qu’il faut refaire à nouveau tout le trajet déjà parcouru (ce qui entraîne une certaine sensation de répétition), au moins, les améliorations apportées à son vaisseau sont permanentes, ce qui permet de se rendre un peu plus loin à chaque voyage.

Image tirée du jeu

Qu’on choisisse la vue à la première ou à la troisième personne, Everspace procure une sensation de vol grisante, et des graphiques vraiment magnifiques qui tirent profit de la puissance des consoles actuelles. Les contrôles sont faciles à prendre en main, et parcourir l’espace, avec ses nuages de plasma, ses amas d’étoiles, ses formations gazeuses ou ses ceintures d’astéroïdes, est un pur délice visuel. Les joueurs plus fortunés possédant un casque de réalité virtuelle seront heureux d’apprendre que le titre est compatible avec l’Oculus Rift et le HTC Hive, pour une expérience encore plus immersive. On aurait aimé pouvoir partager une simulation spatiale aussi magistrale avec des amis, mais malheureusement, le jeu ne propose aucun mode multijoueurs en ligne.

Étrangement, il n’existe pas beaucoup de jeux de combat et d’exploration spatiale sur le marché, et avec son expérience facile d’approche, sans oublier ses visuels à couper le souffle, Everspace se hisse parmi les meilleures expériences du genre. Pas mal pour un petit titre indépendant!

7/10

Everspace

Développé par Rockfish

Disponible sur PC, PS4 et Xbox One (testé sur Xbox One)

Jeu en anglais seulement

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Test Everspace [Xbox One] - Patrick Robert

Répondre