Infinite Worlds, le voyage cosmique de Vagabon

0

Hugo Prévost

Décidément, les belles découvertes musicales se multiplient; après BEYRIES, magnifique disque québécois, voilà qu’apparaît Infinite Worlds, de l’artiste rock indie Vagabon. Un tour de force extrêmement impressionnant qui permet de faire connaissance avec une artiste complexe, audacieuse et talentueuse.

Vagabon, c’est en fait le projet de la productrice et artiste multi-instrumentaliste Laetitia Tamko. Un mélange cru et abrasif de rock de garage et de quelque chose qui a de forts relents de shoegaze, le tout saupoudré d’un peu de pop. Un disque d’une trentaine de minutes à peine, mais qui réussi en aussi peu de temps ce que d’autres groupes ne parviennent jamais à présenter en une discographie complète.

Le courriel contenant le lien vers l’écoute en ligne d’Infinite Worlds se trouvait parmi bien d’autres, quelque part dans l’un des onglets surchargés de la boîte de réception de ce journaliste. Pourtant, à l’aune de la qualité du produit musical, le mélomane était en droit de s’attendre à quelque chose écrit en majuscules, taille 90, avec des caractères multicolores, des points d’exclamation et des balises /blink pour faire bonne mesure.

Le titre commence en force avec The Embers et ses guitares extra mordantes. C’est d’ailleurs cette impression d’urgence, ce sentiment de révolte qui persistera tout au long de l’écoute du disque. N’allons toutefois pas croire que Vagabon n’a comme objectif que déverser du fiel. Entre deux pièces plus rock, aux accents similaires à ceux du duo vancouvérois Japandroids (époque premier album, s’il vous plaît), Mme Tamko expose sa fragilité et sa délicatesse, le temps d’une balade.

En fait, fragilité n’est probablement pas le bon mot à employer ici; car l’artiste ne tombe certainement pas dans les clichés de la jeune chanteuse en détresse jouant la séduction pour conquérir son public. L’appel d’Infinite Worlds est passionnel, exaltant, un mélange des émotions provenant du coeur et des tripes.

Avec ce premier disque, Laetitia Tamko porte fièrement le flambeau de la différence dans un secteur musical trop souvent homogène, que ce soit du côté des mélodies ou de la couleur de peau de ses artistes. Infinite Worlds mérite ainsi de nombreuses écoutes, non seulement pour bien saisir toutes les nuances des huit morceaux, mais aussi pour pleinement apprécier la profonde et troublante beauté de l’ensemble.

Vagabon sera en spectacle au Vitrola de Montréal le 6 avril prochain.

En attendant, son album est disponible pour écoute en ligne sur le site web de NPR.

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre