La rumeur de la mort des livres est grandement exagérée

0

Pieuvre.ca

Malgré l’abondance des versions numériques se disputant leur temps et leur attention, la plupart des Américains lisent toujours des livres. En fait, ils consomment des livres à un rythme pratiquement similaire à ce qu’il était lorsque la question a été posée la dernière fois par la maison de sondage Gallup, soit 2002. Avant les téléphones intelligents, Facebook ou Twitter.

Au dire d’informations transmises par l’entreprise, plus d’un Américain sur trois (35%) serait un lecteur invétéré, dévorant 11 livres ou plus durant la dernière année, tandis que près de la moitié lirait entre un et 10 ouvrages. On recense également 16% des répondants qui disent ne pas lire du tout.

En fait, le nombre d’Américains affirmant ne jamais ouvrir de livre au cours de la dernière année a doublé depuis la première fois où Gallup a posé cette question, en 1978, alors que ce taux s’établissait à 8%. Depuis 1990, toutefois, cette proportion est demeurée relativement stable.

Les résultats du sondage s’appuient sur une question ouverte demandant à la moitié des Américains de se rappeler le nombre de livres lus en entier ou en partie au cours de la dernière année, et à l’autre moitié de se souvenir des livres lus ou écoutés en partie ou en totalité. Puisqu’il n’existe techniquement aucune différence entre les réponses, les résultats des deux versions ont été combinées.

Les aînés lisent davantage

Bien que le sondage ne tenait pas compte du genre de livres que les Américains lisaient en fonction de leur groupe d’âge, la lecture en général était relativement similaire en fonction des différents groupes d’âge. L’attrait pour les livres semble plus prononcé chez les jeunes et les aînés que chez les gens dans la force de l’âge.

Les principales différences dans les comportements littéraires depuis 2002 apparaissent chez les Américains de 65 ans et plus. Collectivement, ils lisent davantage de livres que le faisait leur groupe d’âge en 2002. Le pourcentage de gens lisant un livre ou plus est passé de 68 à 85%, y compris une hausse de quatre points de pourcentage chez ceux lisant 11 livres ou davantage, de 33 à 37%.

Le papier a encore la cote

Avec l’arrivée des liseuses électroniques et des tablettes numériques au cours de la dernière décennie, quelques tenants du futurisme avaient prédit l’extinction imminente des livres papier. Il était martelé que la possibilité de télécharger, lire et stocker des milliers de livres électroniques sur ces appareils réduirait rapidement la demande pour les versions papier. Cependant, cette prophétie semble être loin de la vérité – jusqu’à maintenant.

Parmi ceux ayant affirmé avoir lu au moins un livre l’an dernier, la vaste majorité (73%) a dit s’être la plupart du temps cantonnée aux livres papier. Environ un lecteur sur cinq lisent habituellement en version électronique, tandis que seuls 6% des personnes interrogées préfèrent les livres audio.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre