Zone Homa a tracé son terrain, les jeux vont commencer

0

René-Maxime Parent

Tous ceux pour qui le nom « Hochelaga » évoque autre chose que l’appellation amérindienne de la ville de Montréal risquent de trouver leur compte à la 8e édition de Zone Homa du 19 juillet au 27 août. La cérémonie d’ouverture du festival d’arts scéniques le 7 juillet a fait salle comble à la maison de la culture Maisonneuve, sous le thème « Jeux olympiques + jungle ».

Situé entre le Parc olympique et le fleuve Saint-Laurent, Hochelaga-Maisonneuve est ce quartier populaire francophone bordé par des viaducs, où le résidentiel chevauche l’industriel. Là, où les mannes annoncent le temps chaud. À quelques pas des manufactures du boulevard Pie-IX métamorphosées en entrepôt épicerie et entrepôt de vêtements de seconde main, une terrasse ludique a été aménagée devant la maison de la culture.

À l’intérieur, la salle bondée, les retardataires devaient s’asseoir dans les allées. Sur scène, les représentants politiques ont affirmé leur fierté de la tenue de ce festival dans leur quartier. Devant une projection du stade olympique sans mat transformé en bassin de nage synchronisée, le représentant de l’arrondissement a mentionné que son architecte Roger Taillibert ne demeurait pas très loin.

Ensuite, la députée fédérale du Nouveau Parti démocratique ( NPD ) nous a confié qu’avant de se lancer en politique elle était archéologue. Elle a enchaîné avec une chaîne par association de concepts: en science, on travaille en laboratoire; Zone Homa est une forme de laboratoire; on dit de la science qu’elle est pure, mais est-ce qu’on a droit à de l’art pur? Cette tirade lui a valu l’appellation: « chère madame » de la part d’une porte-parole.

Lorsque les trois porte-paroles sont montés sur scène à leur tour, ils ont donné le ton de cette zone que l’on appelle trivialement « Hochelague ». Gregory Beaudin nous a plongés dans la nostalgie en nous racontant que le seul divertissement qu’il y avait à Hochelaga-Maisonneuve pendant son enfance était le karaoké dans un bar au coin d’une rue. Florence Longpré nous a confié qu’elle a trouvé dans une cabine d’essayage le livre contenant la citation qu’elle a lu devant nos yeux.

À la suite de ce témoignage d’appel du destin, le troisième porte-parole, Jean-Sébastien Girard qui s’est placé les pieds à Radio-Canada n’a pas manqué de les essuyer sur les artistes en herbe. « Je vois cette lueur dans vos yeux qui va s’éteindre dans 3 ans quand vous allez réaliser que vous devez vous trouver une vraie job! », a-t-il lancé à travers une série de frondes envers le public, à l’abri de par son statut radiophonique.

Zone Homa est un lieu de rencontre et de diffusion pour les créateurs en exploration de leur art. Le festival de théâtre, de musique, de danse, de performance, de lecture devant public et d’art interdisciplinaire a fait découvrir 259 créations et 1400 artistes à plus de 15 000 spectateurs, depuis 2009.

À surveiller!

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Répondre