The Political Machine 2016 – Un Trump « modéré » à la Maison-Blanche

0

The Political Machine 2016 est une étrange créature. Quelque peu cachée dans l’ombre des titres mieux connus du développeur et éditeur Stardock, dont Galactic Civilizations et Sins of a Solar Empire, ce simulateur de course à la Maison-Blanche en est pourtant à sa quatrième itération. Preuve, s’il en est, que le genre a ses partisans.

Reprenant les visuels bon enfant des précédentes versions, The Political Machine 2016 donne l’occasion de se glisser dans la peau de l’un des nombreux candidats à la présidentielle chez nos voisins du Sud, que ce soit chez les démocrates ou les républicains, ou encore de créer son propre personnage pour tenter d’entrer dans le Bureau ovale.

Une fois ce choix effectué, il s’agira de parcourir l’ensemble du territoire américain pour obtenir les voix des électeurs au soir du scrutin. Et puisque le jeu se veut un simulateur relativement réaliste, la victoire tiendra à une poignée d’États, la faute au Collège électoral américain et à la complexité du système au pays de l’Oncle Sam. Impossible d’obtenir une vague rouge ou bleu à moins de jouer parfaitement bien ses cartes. Après tout, les ressources humaines, logistiques et financières des candidats sont limitées, et comme dans une véritable élection, le Midwest et le Sud-Est ira vraisemblablement aux républicains, alors que la Nouvelle-Angleterre et la côte Ouest voteront démocrate. Restera à régler le sort de la Floride et des États comme l’Illinois et l’Ohio, les célèbres battleground states.

Campagnes publicitaires, soirées de financement, discours, entrevues… Les gens de chez Stardock ont tenté de récréer l’expérience politique dans sa plus simple (et plus hallucinante) expression. Certes, le rythme n’est pas aussi intense (ou exténuant) que lors d’une vraie campagne, et les développeurs ne semblent pas avoir prévu que les candidats républicains discuteraient du bien-fondé du blocage des musulmans à la frontière, mais le jeu exige suffisamment de planification et de stratégie pour représenter un défi intéressant. Et encore, le titre demeure pour l’instant en phase de test. On annonce des « événements » inattendus qui changeront la donne en forçant les candidats à réagir à chaud, ainsi qu’un mode multijoueur. De quoi combler ses appétits politiques.

The Political Machien 2016 fait partie de ce groupe de jeux très sélect qui se penchent sur l’étrange domaine de la simulation politique. En matière de jeux mainstream, on peut invoquer les précédents épisodes de la série, ainsi que Democracy 3, mais même Democracy 3 n’est pas un simulateur de campagne électorale. Le joueur est déjà élu, et devra poser les gestes nécessaires pour demeurer au pouvoir, alors que les gens de chez Stardock récréent (en partie) l’excitation et la tension d’une course où presque tout est permis.

Ironiquement, alors que l’identité visuelle du jeu se veut un appel aux idées sortant d’un univers habituellement terriblement sérieux et rationnel, l’actuelle course à la présidence américaine dépasse les limites de l’entendement. The Political Machine 2016 demeure un bon simulateur, mais si ses créateurs voulaient faire penser que les thèmes abordés – certes sérieux – pouvaient donner l’impression de sortir de l’ordinaire, les appels à la surveillance et au fichage des tenants d’une religion spécifique donne l’impression que le jeu est presque « trop » sérieux pour son propre bien.

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre