Un adorable homme des neiges pour Abominable

1

Après l’immense succès de la trilogie How to Train You Dragon, les studios d’animation DreamWorks se tournent maintenant vers une autre sorte de créature mythique, le yéti, avec le film Abominable.

Depuis que son père est décédé, Yi multiplie les petits boulots afin d’amasser assez d’argent pour entreprendre, en sa mémoire, le voyage à travers la Chine qu’il rêvait de faire depuis des années. Sur le toit du bloc-appartements qu’elle habite et où elle pratique le violon en cachette, elle tombe un beau jour nez à nez avec un yéti venant tout juste de s’échapper du laboratoire où il était emprisonné. Comme la créature passe difficilement inaperçue dans une métropole peuplée, la jeune fille et ses deux voisins, Peng et Jin, prennent la décision de raccompagner cet adorable homme des neiges jusqu’à son Mont Everest natal, mais le groupe devra surmonter mille périls entre Shanghai et l’Himalaya, alors que les hommes de main des industries Burnish sont prêts à tout pour capturer à nouveau la bête.

La pochette du boîtier

Bien qu’il ait peu à voir avec le Smallfoot paru à peu près à la même date l’an dernier (lire notre critique ici), c’est au tour du film Abominable de s’axer autour d’un yéti. Mettant en vedette une jeune fille qui se lie d’amitié avec une créature magique dont le reste du monde nie l’existence, une vilaine corporation les pourchassant sans relâche, et un voyage initiatique qui mènera l’adolescente jusqu’à l’âge adulte, la trame narrative de cette aventure n’est pas particulièrement originale, mais en explorant la culture chinoise et en nous faisant visiter des lieux emblématiques comme la Perle de l’Orient, le Fleuve Jaune ou le Grand Bouddah de Leshan, cette animation crée un agréable dépaysement, qui différencie le long-métrage des autres productions du genre et lui insuffle sa propre personnalité.

Le nom DreamWorks est synonyme des plus hauts standards en animation, et c’est encore le cas avec Abominable. Le film présente des personnages au design naïf, enfantin (comme son yéti ressemblant à une grosse boule poilue n’ayant plus rien de menaçant), qui évoluent dans des décors hyperréalistes, dont les textures et les rendus impressionnent. En plus de dresser le portrait d’une Chine à mi-chemin entre tradition et modernité, le long-métrage ajoute une touche de magie à son univers par le biais de son sasquatch capable de contrôler la nature avec son chant, ce qui produit des scènes féériques, comme du surf sur une mer de fleurs, et en termes techniques, il s’agit sans doute de la plus belle réalisation des studios à ce jour.

Image tirée du film

Bien que la majeure partie de la distribution soit asiatique et peu connue ici (avec des acteurs comme Albert Tsai, Tenzing Norgay Trainor, Tsai Chin ou Michelle Wong), Abominable place quelques vedettes occidentales dans les rôles-titres, à commencer par Chloe Bennet (connue pour sa participation à la série Marvels’ Agents of S.H.I.E.L.D.), qui incarne la jeune héroïne du film, Yi. Pour la toute première fois de sa carrière, Sarah Paulson participe à une animation, en prêtant sa voix au Docteur Zara, et le comédien Eddie Izzard quant à lui interprète Burnish, le propriétaire de la vilaine compagnie portant son nom, et dont l’amour de la nature se traduit d’une bien drôle de façon (« Cet arbre est vraiment magnifique. Coupez-le, et installez-le dans mon bureau! »).

En plus d’inclure le film en Blu-ray, DVD et numérique, la version Combo Pack d’Abominable contient une dose phénoménale de matériel supplémentaire, dont une piste de commentaires des coréalisateurs Jill Culton et Todd Wilderman, deux courts-métrages d’animation (Marooned et Show & Tell), quatre scènes retirées du montage, et une bonne dizaine de revuettes, dont l’une où l’auteure parle de son amour pour les gros chiens qui a inspiré le film, une autre où la conception du sasquatch est abordée, des portraits des cinq personnages principaux et de leurs interprètes, une visite guidée des vrais lieux se retrouvant dans le film, ou un court document expliquant comment prendre soin d’un yéti.

Proposant le plus adorable des yéti et une aventure au cœur d’un pays encore mystérieux pour les Occidentaux, Abominable est un film d’animation charmant, comme seul DreamWorks en a le secret.

7/10

Abominable

Réalisation : Jill Culton et Todd Wilderman

Scénario : Jill Culton

Avec : Chloe Bennet, Albert Tsai, Tenzing Norgay Trainor, Joseph Izzo, Eddie Izzard, Tsai Chin et Sarah Paulson

Durée : 97 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français et espagnol

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique Abominable - Patrick Robert

Répondre