Une finale déjouant les attentes pour Game of Thrones

1

Si vous n’êtes pas abonné à HBO, vous pouvez enfin voir la conclusion de la plus adulte et la plus épique des séries de fantasy, avec la sortie cette semaine en 4K, Blu-ray et DVD de la saison finale de Game of Thrones.

Après toutes ces années à essayer de deviner comment se terminera la guerre ravageant les sept royaumes de Westeros, elle est enfin arrivée, la finale de Game of Thrones! Il n’est pas évident de résumer les événements de cette huitième saison sans trop dévoiler de l’intrigue, mais disons que, suite à la destruction d’une large partie du mur à la fin de la saison précédente (lire notre critique ici) par l’un des dragons qui a été zombifié, des milliers et des milliers de Marcheurs Blancs amorcent leur descente inexorable vers le Sud. Tandis qu’à Winterfell, on se prépare pour une bataille qui semble perdue d’avance, le secret de l’identité de Jon Snow, qui est en fait Aegon, l’héritier légitime des Targaryen, se répand comme une traînée de poudre, menaçant les prétentions au trône de Daenerys, et leur relation amoureuse.

La pochette du boîtier

Bien qu’ils durent en moyenne une heure vingt chacun, la huitième et dernière saison de Game of Thrones ne compte que six épisodes. Sorte de calme avant la tempête, les deux premiers sont plus intimes, et s’inscrivent sous le signe des retrouvailles entre des protagonistes qui ne s’étaient pas croisés depuis des années, tels Arya et Gendry, Sansa et Tyrion, ou Brandon Stark et l’homme qui l’a handicapé, Jaime Lannister. Dès le troisième par contre, l’action explose et ne s’arrête plus, offrant les affrontements les plus épiques d’une série qui compte pourtant son lot de batailles spectaculaires. Comme c’est l’habitude de la maison, il y aura des morts. Beaucoup. Parfois, jusqu’à six personnages principaux dans un même épisode.

En lisant les commentaires sur Internet après la diffusion initiale sur HBO, je m’attendais à une fin vraiment décevante dans le genre de Lost, mais à mon avis, si les gens ont réagi ainsi au dernier épisode, ce n’est pas parce que la finale de Game of Thrones est médiocre, loin de là, mais parce qu’elle ne correspondait pas à ce qu’ils souhaitaient. Personnellement, j’ai adoré la façon dont les scénaristes ont su fermer, de manière satisfaisante, les arcs narratifs de chaque personnage, et un dénouement davantage hollywoodien n’aurait que trahi l’esprit de l’œuvre. Je ne suis pas certain que la conclusion qu’écrira George R.R. Martin un jour, si jamais il se remet au boulot et termine sa saga, sera très différente de celle-ci.

Image tirée de la série

La réalisation de Game of Thrones a toujours été très cinématographique, et cette dernière saison parvient encore à se surpasser. Ne lésinant devant rien, on est allé jusqu’à refaire complètement le magnifique générique animé du début montrant les lieux clés de l’intrigue afin de l’actualiser. Se déroulant entièrement de nuit et éclairée en grande partie par les épées enflammées des combattants, la bataille de Winterfell prend les allures d’un film de zombies médiéval à grand déploiement, avec ses centaines de milliers de Marcheurs Blancs, et l’ultime confrontation, qui verra King’s Landing mise à feu et à sang, ne déçoit pas, et restera longtemps gravée dans les mémoires comme une scène d’anthologie de la fantasy.

Reprenant pour la toute dernière fois ces personnages auxquels ils se sont attachés sûrement encore plus que nous, les Lena Headey, Kit Harrington, Nikolaj Coster-Waldau, Peter Dinklage, Sophie Turner, Maisie William, Liam Cunningham, Iain Glen, John Bradley ou Gwendoline Christie (pour ne nommer que ceux-là) s’investissent à fond pour ce dernier tour de piste. Après Arya Stark et Jaime Lannister, qui ont vécu les transformations les plus étonnantes depuis la première saison, c’est au tour de Daenerys Targaryen de surprendre cette fois-ci, et Emilia Clarke laisse poindre des accents de colère et un comportement impérial à travers son jeu qui nous font douter pour la première fois qu’elle sera différente des autres tyrans si elle s’empare du trône de fer.

Image tirée de la série

Le coffret haute définition de Game of Thrones: The Complete Eight Season comprend les six épisodes sur trois disques Blu-ray et un code pour télécharger une copie numérique. L’édition regorge de matériel supplémentaire. En plus de sa propre piste de commentaires, chaque épisode inclut un mode de visionnement « augmenté », qui juxtapose des informations à l’écran. On trouve aussi un documentaire de deux heures suivant la production de cette dernière saison, deux revuettes de trente minutes chacune, l’une explorant le tournage de la bataille de Winterfell et l’autre consacrée exclusivement au dernier épisode, cinq scènes retirées du montage, et des fiches interactives permettant d’en apprendre davantage sur les lieux et personnages de l’intrigue.

Il y a eu un avant et un après Game of Thrones, et la conclusion apportée par cette dernière saison s’avère digne d’une saga ayant marqué à jamais la fantasy par son ton adulte. La seule chose qui déçoit, c’est que l’histoire soit maintenant terminée, et qu’il n’y aura plus jamais de nouveaux épisodes…

9/10

Game of Thrones : The Complete Eight Season

Réalisation : David Nutter, Miguel Sapochnik, David Benioff, D.B. Weiss

Scénario : David Benioff, D.B. Weiss, Bryan Cogman, Dave Hill et George R.R. Martin

Avec : Peter Dinklage, Sophie Turner, Lena Headey, Kit Harington, Nikolaj Coster-Waldau, Emilia Clark, Liam Cunningham et John Bradley

Durée : 420 minutes

Format : Blu-ray (3 disques + copie numérique)

Langue : Anglais, français, espagnol, catalan, polonais et tchèque


Autres contenus:

Game of Thrones: huit saisons, cinq livres, un univers

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique Game of Thrones: The Complete Eight Season - Patrick Robert

Répondre