Littérature – Une langue bien affûtée

0

Le mois dernier, chez Philippe Picquier, paraissait la première traduction française d’un roman de Kwon Jeong-hyun. Le verbe, dans La langue et le couteau, est tout ce qu’il y a de truculent. Il fait plus que donner le sens, il est le sens. Plus on y repense, plus le style de Kwon rappelle celui de Thanh-Van Tran-Nhut, la créatrice des enquêtes du mandarin Tân, mais sur un ton nettement plus grave.

Débutant sur un ton badin, en racontant la naissance incroyable de l’aïeul du héros, le roman racontera peu à peu les horreurs de l’occupation japonaise en Manchourie, à l’approche des soldats russes, sans ignorer aucun des coins les plus sombres de cette triste époque de fin de Deuxième Guerre mondiale. Le cuisinier Chen et sa protégée tenteront, avec leurs maigres moyens et leur foi révolutionnaire, de percer les défenses de l’occupant, de l’intérieur. Mais dès lors que Chen est démasqué, le commandant en chef de l’armée d’occupation, qu’il a tenté d’empoisonner, le confinera à ses chaudrons et le maintiendra sous son emprise, exigeant qu’il se surpasse, jour après jour.

Cette lutte à finir entre un résistant et un envahisseur se déroule sur un ton de poésie gustative et de philosophie alimentaire. De quoi nous aider, un tant soit peu, à avaler la longue litanie de tortures et de viols qui, toujours, dans l’histoire de l’humanité, ont tapissé le sol foulé par l’impérialisme. Sombre roman, certes, mais lumineuse écriture. À dévorer.


Autres contenus:

Littérature – Dans le ventre du dragon

Partagez

À propos du journaliste

Martin Prévost

Martin Prévost fréquente la scène culturelle montréalaise depuis plus de trente ans. À titre de chroniqueur culturel, il a collaboré au magazine Paraquad durant deux ans et il est un fidèle de Pieuvre.ca depuis ses débuts. Ses intérêts vont du design à la danse contemporaine en passant par les arts du cirque, la musique du monde, la littérature, le théâtre, les arts visuels et le cinéma. Musicien amateur, il consacre la plupart de ses interventions pour Pieuvre.ca à la musique classique, de la musique de chambre à l’opéra.

Répondre