Pokémon Detective Pikachu, film noir pour peluche jaune

1

Il est assez étonnant d’apprendre que la franchise Pokémon n’avait jamais eu droit à un long-métrage avec de vrais acteurs avant Detective Pikachu, mais s’ils ont dû patienter tout ce temps, les fans ne devraient pas être déçus par cette adaptation au grand écran, qui s’adresse essentiellement à eux.

Fondée il y a dix ans, Ryme City est la seule métropole de la planète où les Pokémons et les humains cohabitent d’égal à égal. Quelques jours après la mort d’Harry Goodman, le détective le plus célèbre de la ville, son fils Tim tombe nez à nez avec l’ancien partenaire de son père, une bestiole jaune nommée Pikachu. Alors que les humains n’entendent qu’un mignon « pika-pika » quand le Pokémon s’exprime, Tim semble être le seul à le comprendre parfaitement, et avec l’aide de ce petit allié coiffé d’une casquette de Sherlock Holmes, il tentera de découvrir si le décès de son père est un simple accident ou un meurtre, mais les deux compères sont loin de se douter que leur enquête les mènera sur la piste d’une nouvelle drogue, et d’un plan machiavélique pour que l’harmonie régnant à Ryme City finisse une fois pour toutes.

La pochette du boîtier

Je ne suis pas de la génération Pokémon et je n’ai jamais compris le charme de cette franchise dont le slogan (Attrapez-les tous!) m’a toujours semblé une astuce marketing pour vendre davantage de cartes de collection et de figurines, mais tout en ne constituant pas le public visé par Detective Pikachu, je suis forcé d’avouer que le réalisateur Rob Letterman (Monsters vs. Aliens, Goosebumps) a mis le paquet pour livrer un divertissement de qualité, qui plaira certes aux millions de fans conquis d’avance, mais également aux jeunes incapables de différencier un Excelangue d’un Osselait puisque le long-métrage repose sur un mélange d’humour léger et d’aventure fantastique caractérisant la plupart des films famille de nos jours.

Un budget de 150 millions de dollars transparaît à l’écran, et Pokémon Detective Pikachu ne déçoit pas en termes de spectacle. Respectant leur origine « kawaii », les Pokémons en image de synthèse sont bien réalisés, mais les rendus hyper réalistes leur donne l’air de peluches animées, ce qui crée un contraste avec la texture de polar noir que le long-métrage adopte à travers le reste de sa cinématographie. Dans une performance sincère, Justice Smith (Tim Goodman) s’avère un jeune premier des plus convenable, et sans avoir la langue aussi acérée que Deadpool, Ryan Reynolds fait preuve du même sens de la répartie et de la comédie dans son interprétation de Pikachu. La production disposait même d’assez de budget pour engager un acteur de la trempe de Bill Nighy et dilapider son talent dans un rôle tertiaire.

Image tirée du film

Pokémon Detective Pikachu est disponible en version Combo Pack, comprenant le film sur disque Blu-ray et DVD et s’accompagnant d’un code pour télécharger une copie numérique. En plus d’une ouverture alternative, d’un Making Of d’une vingtaine de minutes, d’une revuette où Justice Smith raconte sa passion d’enfance pour la franchise et du vidéoclip de la chanson « Carry On » de Rita Ora et Kygo, on trouve aussi un mode « Détective » sur l’édition, qui superpose des informations supplémentaires et des secrets sur les Pokémons durant le visionnement. La piste de commentaire audio de Mr. Mime (un personnage muet!), ainsi que Outside the Actor’s Studio, une revuette où Ryan Reynolds explique comment il a vécu une année complète dans la peau de Pikachu pour s’imprégner de son personnage, sont de véritables petits bijoux d’humour qui valent le détour.

En adaptant respectueusement le phénomène culturel au grand écran, Detective Pikachu séduira les jeunes et les nostalgiques qui ont grandi avec les Pokémons, mais pour ceux et celles ne connaissant pas l’univers de cette franchise, le film présente assez peu d’intérêt.

6.5/10

Pokémon Detective Pikachu

Réalisation : Rob Letterman

Scénario : Dan Hernandez, Benji Samit, Rob Letterman, Derek Connolly, Nicole Perlman

Avec : Ryan Reynolds, Justice Smith, Kathryn Newton, Ken Watanabe, Chris Geere, Suki Waterhouse et Bill Nighy

Durée : 104 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français, espagnol et portugais


Autres contenus:

Fantasia – Aquaslash: tomber à l’eau, tomber de haut

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique Pokémon Detective Pikachu - Patrick Robert

Répondre