Dans un autre univers, pas plus loin que vos enceintes ou vos écouteurs

0

Le tout nouvel album de Mélisande McNabney, claveciniste, est paru chez ATMA Classique sous le numéro ACD2 2780 et s’appelle Inspirations. Il est le résultat d’un travail de recherche intéressant qui met en valeur des compositeurs moins connus comme Jean Henry D’Anglebert et Antoine Forqueray aux côtés du grand Jean-Philippe Rameau.

C’est aussi, d’une certaine manière, une leçon de musique en ce sens qu’on y présente des œuvres originales anciennes, des transcriptions actuelles et des transcriptions anciennes. Comme quoi, il peut y avoir de multiples facettes à la même œuvre.

Dès la première pièce, on quitte notre siècle, on quitte notre environnement et on se retrouve à l’intérieur de quelque chose, à l’intérieur d’un mystère, au cœur d’une intimité. Le touché de McNabney, avant d’être virtuose, est d’abord sensible. Comme me disait un des mes professeurs de piano : « Joue d’abord trop lentement si tu souhaites pouvoir jouer vite convenablement ». Et c’est ce que fait McNabney avec l’ordre de son programme. Les deux premières pièces sont posées et inspirées. Presque romantiques avant la lettre.

La pochette de l’album

Par la suite, il y a de tout et beaucoup de virtuosité et de fougue. Le piano orchestral, on connaît. Le clavecin orchestral on connaît moins et cet album est une bonne façon de le découvrir.

Après avoir entendu une pièce comme Jupiter, de Forqueray, on est tenté de retourner voir le livret pour s’assurer qu’il n’est pas inscrit « clavecin pour quatre mains ».

Sur tout cet album, Madame McNabney démontre une aisance et une agilité qu’on prêterait aisément à quelqu’un de plus expérimenté. Il est clair que ses années d’études avec Hank Knox ont été utilisées à bon escient.

Parmi les raisons de la qualité de cet album, il faut aussi accorder un bon nombre de points à Johanne Goyette pour la réalisation, l’enregistrement remarquable et le montage.

Pour cet enregistrement, Mélisande McNabney jouait sur un clavecin fabriqué en 1981 par Keith Hill, d’après Blanchet et gracieusement prêté par nulle autre que Mireille Lagacé.

Programme:

  • JEAN HENRY D’ANGLEBERT (1629-1691) Suite en do majeur, extraite des Pièces manuscrites (manuscrit autographe B. N. Rés. 89ter)
    • Prélude, D’Anglebert
    • Allemande du Vieux Gautier ‘La Vestemponade’
    • Courante du Vieux Gautier ‘La Superbe’
    • Sarabande, Mézangeot
    • Gigue du Vieux Gaultier ‘La Cloche’
    • Chaconne du Vieux Gaultier
  • ANTOINE FORQUERAY (1671-1745) Transcription de Jean-Baptiste-Antoine Forqueray (1699-1782)
    • Cinquième suite en do mineur, extraits (pub. 1749)

Autres contenus:

 

Partagez

À propos du journaliste

Martin Prévost

Martin Prévost fréquente la scène culturelle montréalaise depuis plus de trente ans. À titre de chroniqueur culturel, il a collaboré au magazine Paraquad durant deux ans et il est un fidèle de Pieuvre.ca depuis ses débuts. Ses intérêts vont du design à la danse contemporaine en passant par les arts du cirque, la musique du monde, la littérature, le théâtre, les arts visuels et le cinéma. Musicien amateur, il consacre la plupart de ses interventions pour Pieuvre.ca à la musique classique, de la musique de chambre à l’opéra.

Répondre