Littérature – Un soufflé qui ne lève pas

0

Sótt, le plus récent ouvrage du romancier islandais Ragnar Jonasson, paru aux Éditions de la Martinière, se déroule dans le nord profond de son pays d’origine, un lieu où pas grand-chose ne se passe, un endroit où les aurores boréales sont un phénomène habituel et où l’isolement ne peut manquer d’influer sur le comportement des gens.

Imaginez qu’en plus, la ville est mise en quarantaine à cause d’un risque d’épidémie de fièvre hémorragique. Voilà réunies les conditions idéales pour qu’un jeune inspecteur se laisse convaincre de rouvrir une affaire apparemment close qui date de plusieurs décennies.

La couverture du livre

En parallèle de cette enquête, nous assistons à l’enlèvement d’un enfant et à une enquête journalistique sur de possibles magouilles politiques. Finalement, on verra que les pièces du puzzle paraissent emboîtées de force, alors que la vraisemblance n’est pas souvent au rendez-vous, autant en ce qui concerne le métier de policier que celui de journaliste. Les luttes de pouvoir au sein de l’équipe des nouvelles de la télé sont présentées de façon raccourcie et peu crédible. La notion de scoop est galvaudée et il est très étonnant de voir à quel point, une ou deux questions d’une journaliste peuvent déstabiliser les hommes politiques les plus aguerris.

Pire encore, et sans trop vouloir divulguer les punchs, si tant est qu’on puisse les appeler ainsi, la raison qui est donnée pour expliquer qu’une personne en a assassiné une autre est particulièrement tirée par les cheveux.

Nous sommes devant une intrigue à multiples facettes, la plupart traitées un peu superficiellement, et un contexte qui aurait pu être mieux exploité. Le tout écrit dans un style qui ne se démarque pas, ni par de tristes faiblesses, ni par de grandes forces. Il ne suffit pas de dire qu’un auteur a été découvert par l’agent du regretté Henning Mankell pour en faire un grand romancier.

En attendant mieux, nous pouvons toujours nous faire plaisir en lisant le dernier Indridason.


Autres contenus:

Littérature – Henning Mankell, un homme de peu de mots

Partagez

À propos du journaliste

Martin Prévost

Martin Prévost fréquente la scène culturelle montréalaise depuis plus de trente ans. À titre de chroniqueur culturel, il a collaboré au magazine Paraquad durant deux ans et il est un fidèle de Pieuvre.ca depuis ses débuts. Ses intérêts vont du design à la danse contemporaine en passant par les arts du cirque, la musique du monde, la littérature, le théâtre, les arts visuels et le cinéma. Musicien amateur, il consacre la plupart de ses interventions pour Pieuvre.ca à la musique classique, de la musique de chambre à l’opéra.

Répondre