Super Terre et Incroyables animaux, la fascination version papier

0

Internet fait souvent bien les choses, particulièrement lorsqu’il s’agit d’emmagasiner et de distribuer le savoir. Pourtant, les livres explicatifs et autres encyclopédies ont conservé une bonne partie de leur pouvoir d’attraction, ne serait-ce que par leur permanence, leur matérialité. Aux Éditions Hurtubise, on profite de cet attrait pour lancer Super Terre et Incroyables animaux, deux recueils qui valent amplement le détour.

En sommes-nous rendus là? En 2017, en sommes-nous au point où le savoir numérique est si vaste, mais aussi si dispersé, si complexe, qu’il faille se rabattre sur un livre pour saisir l’essence même d’un sujet donné? La question est plutôt la suivante: avons-nous déjà vécu à une époque (post-démocratisation des livres, bien sûr) où il n’était pas possible de consulter un ouvrage de référence pour découvrir l’essentiel dans un domaine?

Car on a beau fustiger la complexité du web; on a beau se dire que même en ne furetant que sur Wikipédia, par exemple, il est rapidement possible de se perdre dans les méandres de cette encyclopédie en ligne; force est d’admettre que ce sacro-saint ouvrage général, celui qui initie le lecteur aux merveilles de notre planète ou à l’étrangeté des animaux qui la peuple, dans le cas qui nous préoccupe, a plus que jamais sa place sur la table à café ou dans la bibliothèque.

Chez Hurtubise, il s’agit donc de (re)présenter des faits déjà connus, mais de les présenter de façon à attirer le lecteur, à concentrer un maximum d’émerveillement dans l’espace alloué. Couleurs chatoyantes, images qui occupent une bonne partie des pages, photos époustouflantes ou faisant instinctivement frissonner (faut-il vraiment évoquer la section sur les arachnides?), ces deux recueils remplissent à merveille leur rôle pédagogique. S’ils s’avéreront d’abord peut-être un peu complexes pour les plus jeunes, les enfants approchant de l’adolescence s’y retrouveront sans peine, tout comme leurs aînés.

Devant ces magnifiques pages en papier glacé, on revient pratiquement en enfance, alors que l’un des moments les plus intéressants, lorsqu’il fallait utiliser un dictionnaire en classe, consistait à aller fouiller dans la sections des illustrations. L’aventure livresque évoque aussi, et avec une certaine dose d’ironie, ces encyclopédies sur CD-ROM au tout début de la popularité de ce médium. On parcourt Super Terre et Incroyables animaux avec ce même sentiment d’étonnement, ce même sentiment d’excitation à l’idée de découvrir ce qui se cache à la page suivante.

Bien entendu, les deux recueils ne contiennent pas tout. Les plus curieux pourront ensuite se tourner vers le web, vers des ouvrages spécialisés, ou encore, s’ils ont soif d’explications accolées à des images en mouvement, vers l’extraordinaire télésérie Planet Earth 2, par exemple. Ou vers l’émission Découverte, bien entendu!

Seul petit bémol à ces deux ouvrages, les gens de chez Hurtubise donnent parfois l’impression de succomber à un trop-plein d’enthousiasme; il en résulte des pages légèrement surchargées, où l’on ne sait plus trop où donner de la tête pour y glaner de nouvelles informations. Mais ce reproche n’est pas suffisant pour éteindre l’intérêt que l’on éprouve à feuilleter ces deux très bons coups. À découvrir, de 7 à 77 ans.

À noter que Super Terre et Incroyables animaux font chacun partie de collections distinctes où l’on retrouve d’autres titres. Et pour augmenter un peu la confusion, il y a Incroyables animaux, bien sûr, mais aussi Super animaux. Après tout, la nature mérite probablement plusieurs autres superlatifs!


En complément:

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l’enfance. S’il s’intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n’hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l’économie ou encore les loisirs et le tourisme.
Hugo est également membre de l’équipe éditoriale de Pieuvre.ca.