Navigation : terrorisme

L’incertitude et la confusion provoquées par la pandémie de COVID-19 est « largement exploitée par les groupes terroristes pour mettre de l’avant une série de plans machiavéliques », qui pourraient à leur tour provoquer une vague de violence contre les populations et les gouvernements, affirme une nouvelle étude récemment publiée par Global Security: Health, Science and Policy.

À l’été 2017, Paris cuit sous la fournaise d’une canicule qui n’en finit plus de finir. Cela n’empêche pas Thomas, journaliste sans grande envergure, de mettre la main sur une information encore plus brûlante: une porte d’accès aux rouages internes de l’État islamique, alors sur le point de perdre sa « capitale ». Voilà ce que propose Le banquier de Daech, un roman de Pascal Canfin publié aux éditions L’aube noire.

La pandémie aura évincé tous les membres du groupe armé État islamique, les pirates informatiques et les régimes armés de la bombe atomique: selon un plus récent coup de sonde du Pew Research Center, c’est bel et bien le coronavirus qui représente, selon les Américains, la menace la plus importante envers à l’échelle internationale.

Depuis quelques années, Clint Eastwood ne semble intéressé qu’à porter les histoires vraies d’Américains « ordinaires » au cinéma, et c’est encore le cas avec son Richard Jewell, disponible cette semaine en 4K, Blu-ray et DVD.

Un membre d’un groupe anarchiste, d’origine espagnole et âgé de 42 ans, a été accusé d’un délit de facilitateur terroriste conformément au Code pénal italien. L’accusé a participé à divers attentats terroristes contre la Ligue du Nord, le parti d’extrême droite au pouvoir en Italie, rapporte La Vanguardia le 30 mai.  

Un mois et demie après le début d’une offensive contre le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, offensive menée par le maréchal Haftar et ses troupes, partis de l’est du pays, la Libye risque de plonger dans une guerre civile et d’être fracturée de façon permanente, craignent les Nations unies.