Browsing: santé mentale

Plusieurs experts pointent les réseaux sociaux pour leurs effets délétères sur la santé mentale des jeunes. Une étude réalisée en 2021 chez des adolescents américains de 12 à 19 ans avait noté un lien entre une utilisation importante de ces plateformes et des taux élevés d’anxiété.

Quelque 96% des participants à l’étude ont été harcelés sur les médias sociaux, plus de la moitié y recevant des menaces, y compris des menaces de violences physiques (40%), de violence sexuelle (14%), des menaces envers les membres de la famille des élus (19%), envers les membres du personnel politique (12%), ou même des menaces de mort (27%).

L’objectif, poursuit la directrice générale et artistique, consiste à ne pas infantiliser le public, tout en évitant de lui proposer quelque chose de trop complexe. Tout un défi, alors que les perspectives sont forcément très différentes, que l’on soit en première ou en cinquième secondaire, par exemple.

La participation de ces citoyens d’ordinaire moins écoutés et vulnérables économiquement, s’avère indispensable à la pertinence des projets de recherche, selon Janie Houle. « Lorsqu’on élabore les politiques publiques, si on ne les écoute pas, on augmente encore les inégalités. »

« Si le fait de participer à des activités liées à la littératie et l’acuité mentale ne sont probablement pas un remède magique contre la démence, si cela est votre objectif et que vous deviez faire un choix, notre étude suggère certainement que ces activités ont de bonnes chances de vous aider à conserver une bonne santé cognitive. »

« Nous sommes une espèce très résiliente qui va trouver des façons de contrer les évènements. Cela peut passer par un déménagement, par exemple. Lorsque cela nous empêche de fonctionner, que cela devient intrusif et que cela nous empêche de dormir et cause une détresse, il ne faut pas hésiter à aller consulter. »

On commence désormais à avoir une idée des interactions entre ces gènes, une connaissance qui aurait été hors de portée des technologies d’il y a 20 ans — et plus général : une « architecture génétique » sous-jacente à ces cinq troubles pourrait être en train d’émerger de cette « cartographie ».