Navigation : réaction

Une journée après avoir annoncé que la planète était aux prises avec une pandémie de COVID-19, la maladie provoquée par le nouveau coronavirus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme qu’il est encore possible de contrôler l’ampleur de la crise, et que la planète ne doit pas céder au désespoir.

En 2017, on comptait plus de 60 millions de pages Facebook consacrées à des entreprises; avec les pages en question viennent des cotes s’appuyant sur les commentaires positifs et négatifs laissés par les utilisateurs du réseau social. Hélas pour les compagnies, les internautes ont bien plus tendance à publier des commentaires négatifs que positifs; le taux est ainsi de deux messages négatifs pour un seul positif.

Une nouvelle étude de chercheurs en psychologie de l’Université de Miami sur les interactions anonymes suggère que les humains « éteignent » leur propension automatique à partager des éléments dans le cadre d’interactions avec des étrangers.

Que des chercheurs en astronomie ou en biologie réfléchissent à la possibilité de vie extraterrestre n’a plus rien d’étonnant. Mais des psychologues? Une poignée d’entre eux se sont posé la question suivante: comment réagirait la population à l’annonce d’une telle découverte?