Navigation : pôle nord

Le 19 août, les scientifiques à bord du brise-glace allemand Polarstern ont atteint le pôle Nord en un temps record. Il n’y a pas si longtemps, ils auraient dû traverser une région couverte d’une glace dense, vieille de plusieurs années. En son absence, il leur a fallu seulement six jours pour relier le détroit de Fram, au nord du Groenland, au pôle Nord.

Pendant que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, autorise la pétrolière BP à forer des puits au large de la Nouvelle-Écosse au moment où une résistance contre l’installation d’un oléoduc a lieu en Colombie-Britannique, les glaciers en Arctique continuent de fondre.

Si l’ours polaire figure dans l’imaginaire populaire en bouc émissaire de la fonte des glaces dans l’Arctique, une pluralité de cultures méconnues y prend place dont la variété linguistique se chiffre à sept langues. La table ronde internationale de la création, de la diffusion et de la recherche sur le Nord et l’Arctique se déroulant les 5, 6 et 7 avril organisée par la Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) vise à faire connaître les différents projets en lien avec cette zone circumpolaire.