Navigation : musique électronique

Musique
0

Magic Sword et l’attente d’Endless

Il n’aura fallu patienter que quelques courts mois pour que Magic Sword, le trio de musique électro-fantastique (dans le sens de dragons, épées laser et autres magiciens aux robes couleur néon), présente son plus récent album, Endless. Il ne faut effectivement remonter qu’à novembre dernier pour se rappeler la sortie d’Awakening, deuxième véritable chapitre de cette saga du héros pur et juste luttant contre les forces du mal, son épée magique à la main.

Musique
0

Les larmes de joie de Creature of Doom

Creature of Doom convie au voyage. Nouveau projet solo de l’auteur-compositeur-interprète David Baldwin, qui collabore aussi au groupe rock indie new-yorkais The Dig, le nom frappe l’imagination. Et le tout premier EP de cette aventure musicale, Tears of Joy, est une véritable tempête d’idées, d’influences et d’expérimentations musicales.

Musique
0

Vulta – La fureur de l’essaim

Cela fait-il déjà trois ans que l’album Sigils a déboulé entre nos oreilles? On aurait pourtant pu croire que c’était hier que cet excellent premier disque, alourdi par des sonorités graves et puissantes, nous laissait pratiquement à bout de souffle, après avoir encaissé les douze titres particulièrement agressifs et bien ficelés. Voilà maintenant Swarm, et l’on peut affirmer sans aucun doute que l’artiste établi en Belgique sait y faire en matière de synthétiseurs et de batterie électronique.

Musique
0

Iris, l’épopée spatiale de Justice

Le constat est clair: depuis Cross, sorti en 2007, le duo de musique électronique Justice ébranle les colonnes du temple artistique et cherche constamment à se réinventer. Avec Iris: A Space Opera, les deux musiciens et créateurs français, Xavier de Rosnay et Gaspard Augé, ont tenté de repousser une fois de plus les limites de l’univers musical… avec des résultats hélas inégaux.

Musique
0

L’éveil intersidéral de Magic Sword

Il y a eu le Volume 1; voici maintenant Awakening, le deuxième grand chapitre de la saga du groupe électro-rétro Magic Sword. Un disque un peu plus léger, un peu plus court, mais certainement satisfaisant.

Arts visuels
0

MUTEK accueille l’hexadome berlinois pour sa 20e édition

Aux côtés du dôme de la SAT et de la pyramide PY1, le festival international de créativité numérique et musiques électroniques, Mutek accueille pour sa 20e édition l’installation audiovisuelle 360 degrés ISM Hexadome du Institute for Sound & Music de Berlin du 13 août au 2 septembre au Musée d’art contemporain de Montréal (MAC).

À la une
2

Woman Worldwide, quand Justice s’installe confortablement

La réputation du groupe français de musique électronique Justice n’est plus à faire. Digne héritier de la French Touch, ayant reçu le flambeau de la part de Daft Punk, le duo présente ici son troisième album concert Woman Worldwide, après autant d’albums studio. Et le résultat? Satisfaisant, voire bien agréable, mais sans plus.

À la une
0

Leather Teeth, le retour fort attendu de Carpenter Brut

Trois ans: voilà trois ans que les amateurs de musique électronique attendaient avec impatience un nouvel album de la part de Carpenter Brut, un artiste français qui s’est rapidement imposé comme une référence en matière de rythmes effrénés, de claviers aux sonorités délicieusement sinistres et aux thématiques mélangeant habituellement anticipation et années 1980. 

Musique
2

Perturbator jette à bas les colonnes du temple avec New Model

On pensait qu’il avait atteint les sommets avec Uncanny Valley, au printemps 2016. La rumeur courait même que l’artiste électro Perturbator ne lancerait plus d’album, après un parcours tout à son honneur. Le voilà pourtant qui tente une approche résolument différente avec New Model, rendu disponible en écoute sur YouTube lundi 4, et offert à la vente mardi 5 septembre, avant une édition physique lancée le mois prochain.

À la une
0

« We are the Robots »: vivre la machine

Dans la salle principale de l’Usine C, point de décors, mais plutôt des exosquelettes métalliques qui pendent du plafond. Ces exosquelettes, la dizaine de journalistes invités les regardent avec une méfiance mêlée de curiosité. Les photos et la vidéo fournie avec l’invitation à l’événement Inferno – « We are the Robots » étaient intéressantes, mais de là à laisser le contrôle d’une partie de son corps à un ordinateur, il y a un pas.