Navigation : justin trudeau

La 43e campagne électorale fédérale canadienne aura débuté avec des attaques partisanes… et aura pris fin avec des attaques partisanes. Alors que 27 millions de Canadiens sont appelés à s’exprimer, lundi 21 octobre, les deux principaux partis en lice pour former le gouvernement, le Parti libéral (PLC) et le Parti conservateur (PCC), sont nez à nez dans les intentions de vote, après avoir consacré une bonne partie des 41 derniers jours à s’attaquer mutuellement.

Si l’on imagine la politique étrangère comme une partie de golf, le premier ministre du Canada Justin Trudeau s’est contenté de jouer le caddy du président des États-Unis Donald Trump, peut-on déduire de l’analyse des professeurs à l’université Carleton à Ottawa, David Carment et Richard Nimijean dans le Monde diplomatique d’octobre.

Jamais, dans l’histoire des campagnes électorales canadiennes, n’a-t-il autant été question d’environnement. Sans être l’ultime priorité des principaux partis politiques, aucun parti ne peut aujourd’hui se permettre de faire l’impasse sur la question climatique. Tour d’horizon des propositions des principaux partis en la matière.

La réputation d’Alexandre Boulerice n’est plus à faire. Député de Rosemont–La Petite-Patrie depuis 2011, alors qu’il avait été porté par la vague orange, il a été réélu avec près de 50% des voix en 2015, loin devant ses adversaires de l’époque. Pour sa formation, le Nouveau Parti démocratique (NPD), la ferveur de 2011 semble toutefois moins présente. Rencontre à mi-parcours de la campagne électorale fédérale.

Le rituel est réglé comme du papier à musique: mercredi avant-midi, le premier ministre Justin Trudeau quittera sa résidence officielle, et marchera pendant quelques minutes pour arriver à Rideau Hall, là où il demandera à la gouverneure générale Julie Payette de dissoudre la Chambre des communes, ce qui ouvrira la voie à 40 jours de campagne. Rendez-vous le 21 octobre pour les 43e élections générales du Canada.

Restrictions officielles, mainmise de l’État sur les organes d’information, élection de leaders populistes – quand ils ne se réclament pas carrément de l’extrême droite –, contestations judiciaires… la liberté de presse est en bien mauvaise posture en cette année 2019, déplore Reporters sans frontières (RSF) dans son rapport annuel, où le Canada se classe en 18e position.

Quelque part dans un «party» étudiant ou dans une station touristique exotique, qui n’a jamais rencontré ce gars que tout le monde connaît et qui carbure aux paradis artificiels? Après Spring Breakers (2012), le cinéaste Harmony Korine replante sa caméra sur la plage afin de dresser le portrait de l’archétype du «party animal» avec The Beach Bum (2019).