Navigation : intégration

Malgré la résurgence de certains mouvements nationalistes, y compris la montée en puissance de l’extrême droite en France et aux États-Unis, notamment, la majorité de la population occidentale a peu à peu élargi sa vision de l’identité nationale. Selon un récent coup de sonde du Pew Research Center, cette vision est partagée autant aux États-Unis qu’en France, en Allemagne ou au Royaume-Uni. La connaissance de la langue officielle demeure toutefois un facteur très important pour l’acceptation des nouveaux arrivants dans ces pays.

Une imprécision réglementaire concernant les réseaux québécois de garderies pourrait nuire à la francisation des nouveaux arrivants en évitant que les tout-petits ne se retrouvent dans un environnement francophone avant d’entrer à l’école primaire.

L’immigration fait régulièrement la Une de l’actualité, au Québec et ailleurs. Les opinions divergent, la méfiance s’exprime et les jugements se multiplient quant à la capacité des immigrants à s’intégrer, à participer au marché du travail et même quant à leur nombre. Mais qu’en est-il réellement? Le Détecteur de rumeurs déboulonne certains mythes.

«Il n’y a pas de recherches sérieuses sur l’activité criminelle de la Silicon Valley, c’est une attaque des États-Unis et de la Chine et nous n’y répondons pas», a affirmé le philosophe allemand Markus Gabriel au quotidien El País le 1er mai. Son essai Pourquoi le monde n’existe pas parut à Berlin en 2013 vulgarise une nouvelle philosophie : le nouveau réalisme.

Une équipe de recherche de la Warton School, de l’Université de Pennsylvanie, a découvert que la formation pour s’ouvrir à la diversité en milieu de travail n’entraîne habituellement pas beaucoup de changements au sein des entreprises – bien qu’elle puisse mener des femmes et des membres des minorités culturelles à renforcer les programmes de mentorat.

L’immigration est devenue un enjeu électoral dans plusieurs pays, voire une obsession pour certains gouvernements. À entendre des politiciens comme Donald Trump aux États-Unis ou Matteo Salvini en Italie, on pourrait conclure qu’une catastrophe est en devenir: leur pays serait en train d’être submergés par des vagues d’immigrants hostiles ou de réfugiés dangereux.