Navigation : corée

Le mois dernier, chez Philippe Picquier, paraissait la première traduction française d’un roman de Kwon Jeong-hyun. Le verbe, dans La langue et le couteau, est tout ce qu’il y a de truculent. Il fait plus que donner le sens, il est le sens. Plus on y repense, plus le style de Kwon rappelle celui de Thanh-Van Tran-Nhut, la créatrice des enquêtes du mandarin Tân, mais sur un ton nettement plus grave.

C’est tout un film qui prend l’affiche cette semaine, alors que Parasite, la Palme d’or de cette année et le plus récent film du cinéaste coréen Bong Joon-ho, arrive enfin sur nos écrans. Un nouveau délire de classes sociales qui parviendra même à déstabiliser les fidèles les plus aguerris.

L’argent, c’est mal. Mais en avoir toujours plus, c’est bien: voilà le précepte de Money, un remake de Wall Street à la sauce coréenne somme toute assez satisfaisant, qui est présenté dans le cadre du Festival Fantasia, à Montréal.

Le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se sont engagés sur la voie de la réconciliation vendredi, promettant la « dénucléarisation complète » de la péninsule coréenne et l’établissement d’une paix « permanente » et « solide » entre leurs pays toujours techniquement en guerre.