Navigation : contenu vidéo

À peine 16% de la population adulte mondiale paie pour s’informer, révèle une étude du Forum économique mondial (FEM) publiée jeudi. Heureusement, cette proportion serait en voie d’augmenter, mais les chercheurs craignent que la multiplication des murs payants et autres mesures tarifaires, nécessaires pour éviter le naufrage de plusieurs médias, ne mène à une inégalité en matière d’accès à de l’information de qualité.

Les internautes québécois, à l’image de la population en général, sont accros à leur téléphone intelligent: la plus récente enquête du Cefrio sur les habitudes technologiques des adultes d’ici révèle les répondants se tournent le plus souvent vers l’iPhone, le Pixel ou tout autre appareil du même genre pour accéder à internet, que ce soit à la maison ou ailleurs.

Attendue depuis belle lurette, la vision du gouvernement fédéral à propos des industries culturelles et créatives à l’époque du numérique, finalement dévoilée jeudi, a suscité quelques réactions modérées, mais surtout des critiques dirigées à l’endroit de la ministre de Patrimoine canadien, Mélanie Joly.

YouTube est le troisième plus important site web de la planète, un mammouth consulté par des millions de personnes à tous les jours. Le site a également « fait son temps » – ou est sur le point de franchir cette limite – selon un groupe de créateurs de contenu en colère qui affirment que la compagnie a commencé à les censurer.

Les diffuseurs traditionnels d’Hollywood n’en finissent plus de voir leur modèle menacé par l’ascension des groupes de diffusion en ligne, qui bousculent le secteur avec des abonnements à prix sabrés pour des programmes haut-de-gamme à la maison, écrit l’Agence France-Presse.