Horizon Line: y a-t-il un pilote dans l’avion?

0

Imaginez que le pilote de l’avion à bord duquel vous prenez place décède en plein vol, et qu’aucun des passagers ne sache conduire l’appareil. C’est la prémisse (et l’essentiel du scénario) du film Horizon Line, disponible en Blu-ray et DVD.

Durant son année sabbatique à l’île Maurice, Sara a entretenu une relation amoureuse avec Jackson, son instructeur de plongée. Après avoir décroché un emploi à Londres, la jeune femme qui déteste les adieux l’a quitté sans lui dire au revoir. Un an plus tard, elle revient sur place pour le mariage de son amie Pascale, et appréhende la réunion avec son ex. Ayant manqué le seul traversier se rendant au lieu de la cérémonie, elle décide alors de prendre un petit avion, à bord duquel se trouve évidemment Jackson. Peu de temps après le décollage, le pilote subit un infarctus, et meurt en plein vol. Bien qu’elle ait pris des leçons de pilotage il y a plusieurs années et connaisse quelques rudiments de base, Sara ignore comment conduire l’appareil, et encore moins comment effectuer un atterrissage. Les deux anciens amants devront mettre leurs différences de côté, s’ils veulent survivre à cette épreuve.

La pochette du boîtier

Personne ne voudrait se retrouver à bord d’un avion dont le pilote décède en plein vol, mais est-ce que cette prémisse est suffisante pour alimenter un long-métrage complet? Si on se fie à Horizon Line, la réponse est clairement non. Afin de nous permettre de faire connaissance avec les deux protagonistes (et faire en sorte qu’on s’intéresse le moindrement à leur sort), le récit débute sur une introduction d’une vingtaine de minutes, avant d’arriver dans le vif du sujet. Le reste de l’histoire se consacre aux périls que devra affronter l’ancien couple, obligé de se diriger sans GPS, de composer avec une fuite d’essence, et un orage aussi violent qu’inattendu. Le résultat est un film anecdotique et linéaire, traitant de la résilience humaine devant l’adversité et se terminant sur une conclusion particulièrement hollywoodienne.

Le réalisateur tire profit des paysages idylliques de l’île Maurice pour produire de belles images, et il crée un contraste intéressant en présentant le cauchemar que vivent Sara et Jackson dans une cinématographie très lumineuse, sous des cieux ensoleillés et une mer d’un bleu turquoise qui semble s’étendre à perte de vue. Le clou du spectacle se trouve du côté des scènes catastrophes, alors que l’avion est la proie des éléments, minuscule au cœur des nuages noirs et des éclairs, ou qu’il tourbillonne hors de contrôle, piquant du nez vers l’océan. Chacun des deux passagers devra également se lancer dans des acrobaties aériennes périlleuses au dehors de l’appareil pour réparer une fuite d’essence ou remplir le réservoir avec des bouteilles de rhum, qu’ils transportaient fort heureusement dans leurs bagages.

Image tirée du film

Bien que l’on retrouve Pearl Mackie (Doctor Who) dans le rôle de Pascale, la meilleure amie sur le point de se marier, et Keith David (The Thing, They Live) dans celui du pilote qui ne fera pas long feu, tous les protagonistes de Horizon Line sont secondaires, et disposent de très peu de temps d’écran, puisque le film se concentre presque exclusivement sur le duo composé de Sara et Jackson. Choisi davantage pour son physique de bellâtre musclé que ses talents d’acteur, Alexander Dreymon (The Last Kingdom, American Horror Story) livre une performance adéquate, mais sans grande profondeur. Il en va autrement d’Allison Williams (qu’on a pu voir dans Girls et dans Get Out), et l’actrice transmet très bien le sentiment de stress et de panique qu’éprouverait n’importe qui dans ce genre de situation extrême.

L’édition haute définition de Horizon Line contient le film sur disque Blu-ray et s’accompagne d’un code pour télécharger une copie numérique. Comme si le réalisateur, les scénaristes et les acteurs n’avaient pas grand-chose à ajouter au long-métrage ou n’avaient pas envie de parler davantage de leur expérience de tournage, on retrouve très peu de matériel supplémentaire sur le disque. Pas d’entrevues, pas de piste de commentaires ou de revuette sur les effets spéciaux et les cascades, mais seulement trois scènes retirées du montage, et c’est tout.

Sorte de Open Water des airs, Horizon Line est un film extrêmement linéaire qui, à partir d’un fait somme toute anecdotique, étire la sauce sur une heure trente pour produire une œuvre correcte, mais peu mémorable.

5.5/10

Horizon Line

Réalisation : Mikael Marcimain

Scénario : Josh Campbell et Matthew Stuecken

Avec : Allison Williams, Alexander Dreymon, Keith David, Jumayn Hunter, Amanda Khan, Privilege Magezi et Pearl Mackie

Durée : 91 minutes

Format : Blu-ray (+ copie numérique)

Langue : Anglais seulement

Abonnez-vous à l’infolettre!


Autres contenus:

Below Zero, le thriller qui donne froid dans le dos

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Répondre