Si vous êtes en colère, attention à la désinformation

0

La colère est mauvaise conseillère, disaient nos ancêtres. Aujourd’hui, on pourrait dire qu’elle rend plus vulnérable à la désinformation.

« Les gens en colère étaient plus susceptibles » que les autres de tomber dans le piège d’une mauvaise information, et il s’agissait du principal facteur permettant de prédire qu’ils tomberaient dans le piège, écrivent les deux auteurs d’une récente étude en psychologie.

Leur conclusion rejoint celle des recherches des dernières années sur les mécanismes de la désinformation en ligne, où l’appel à l’émotion a régulièrement été identifié comme un des principaux facteurs de succès d’une fausse nouvelle. Dans leur petite étude (79 participants) les deux psychologues de l’Université Stony Brook (New York) ont plutôt testé les réactions à un film, en manipulant les conditions de l’expérience —dans un cas, une des personnes qui faisait passer le test était délibérément agressive et désorganisée, de manière à distinguer quels cobayes seraient classés comme « calmes » ou « en colère ».

La recherche ne portait donc pas spécifiquement sur les réactions aux fausses nouvelles sur les réseaux sociaux. Mais comme l’expliquent les chercheurs, mieux comprendre à quel point les émotions affectent le jugement a son importance en bien d’autres circonstances, des relations interpersonnelles jusqu’à la fiabilité d’un témoin au tribunal…

Abonnez-vous à l’infolettre!


Autres contenus:

Recherches: si vous voulez être gratuit, il faut payer

Partagez

À propos du journaliste

Agence Science-Presse

Répondre