Les femmes, chasseuses de gibier durant la préhistoire

0

Pendant des siècles, historiens et scientifiques se sont largement entendus sur le fait que lorsque les premiers groupes d’humains cherchaient de la nourriture, les hommes s’occupaient de la chasse, tandis que les femmes effectuaient la cueillette. Cependant, la découverte de la dépouille d’une chasseuse morte il y a 9000 ans dans les Andes, en Amérique du Sud, révèle une tout autre histoire, selon une récente étude de l’Université de la Californie à Davis.

« Une découverte archéologique et l’analyse de techniques d’enterrement ancestrales viennent renverser la vieille conception de l’homme chasseur », affirme Randy Haas, professeur adjoint en anthropologie et principal auteur de l’étude. Celle-ci a récemment été publiée dans Science Advances.

« Nous croyons que ces découvertes sont particulièrement utiles à la lumière de discussions contemporaines sur les pratiques en matière de tâches genrées et d’inégalité », a-t-il ajouté. « La répartition des tâches était très largement genrée, chez les chasseurs-cueilleurs, ce qui a poussé certaine personne à croire que les inégalités sexistes dans des domaines tels que le salaire ou la hiérarchie étaient « naturelle ». Mais il est maintenant clair que la division genrée des tâches était fondamentalement différente, et probablement plus équitable, lorsque notre espèce était encore composée de chasseurs et de cueilleurs. »

En 2018, lors de fouilles archéologiques sur un site en haute altitude se trouvant dans ce qui est aujourd’hui le Pérou, des chercheurs ont découvert un très ancien site d’enterrement qui contenait des outils utilisés par des chasseurs, notamment des projectiles pointus et le nécessaire pour dépecer et traiter les carcasses animales. Les objets accompagnant les gens dans la morts tendent à être ceux utilisés durant la vie des personnes concernées, précisent les chercheurs.

Il a par ailleurs été déterminé que le chasseur en question était probablement une femme, en s’appuyant sur les conclusions de James Watson, le spécialiste en ostéologie, qui est la science de l’étude des os et du squelette. Les estimations de M. Watson, de l’Université de l’Arizona, ont ensuite été confirmées par une analyse dentaire.

Tendance lourde

Comme l’écrivent les chercheurs, la découverte surprise de cette tombe contenant une chasseuse les a poussés à déterminer si elle s’inscrivait dans une mouvance plus vaste de femmes spécialisées en chasse. En se penchant sur une recension de tombes dans les Amériques pour une période allant de la fin du Pléistocène au début de l’Holocène (il y a environ 10 000 ans), les scientifiques ont identifié 429 individus répartis sur 107 sites. De cet ensemble, 27 personnes étaient associées à des outils pour la chasse au gros gibier, soit 11 femmes et 15 hommes.

Aux yeux des spécialistes, cet échantillon est suffisant pour « mener à la conclusion que la participation des femmes aux premiers efforts de chasse au gros gibier étaient conséquents ».

Une analyse statistique indique que de 30 à 50% des chasseurs des premières populations de chasseurs-cueilleurs étaient des femmes, du moins chez les groupes se trouvant dans cette région de l’Amérique du Sud. Ce niveau de participation détonne par rapport aux groupes de chasseurs-cueilleurs plus récents, et même dans les sociétés agricoles et capitalistes, où la chasse est une occupation très largement masculine, généralement avec moins de 30% de femmes, selon M. Haas.

Abonnez-vous à l’infolettre!


Autres contenus:

Le silence, la conséquence inattendue du confinement

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre