Présidentielle américaine: des médias dignes de confiance, ou non?

0

À 11 mois de l’élection présidentielle américaine, les électeurs des deux principaux partis seront progressivement appelés à resserrer les rangs derrière leur candidat préféré. Et pour ce faire, ils s’appuieront sur des informations transmises par des médias. Selon un nouveau coup de sonde, cependant, la réputation des médias en question variera largement… en fonction de la couleur de la formation politique.

Ainsi, indique l’enquête du Pew Research Center, démocrates et républicains accordent leur confiance à deux environnements médiatiques pratiquement situés aux antipodes l’un de l’autre. Chez le Grand Old Party, bien des sources journalistiques réparties sur plusieurs plateformes, pourtant jugées généralement fiables, sont considérées comme indignes de confiance. Chez les démocrates, on voit plutôt ces sources comme des lieux fiables où trouver une information de qualité. De fait, les électeurs démocrates s’appuient sans surprise bien plus sur ces sources que ne le font les républicains.

Comme le mentionnent les résultats du sondage ayant impliqué un peu plus de 12 000 adultes américains, entre le 29 octobre et le 11 novembre de l’an dernier, l’adéquation est encore plus marquée entre les républicains plus conservateurs et les démocrates plus progressistes. Cette polarisation partisane à propos de la confiance accordée aux sources d’informations journalistiques se serait creusée depuis les cinq dernières années. Une situation que n’a pas dû améliorer le président Donald Trump, lui qui n’hésite pas à taxer les médias traditionnels de « fake news », voire « d’ennemis du peuple américain ».

Une étude similaire, effectuée en 2014 par le Center of web-using US adults, a ainsi permis de déterminer que les républicains sont de plus en plus isolés des médias traditionnels, tandis que la confiance des démocrates est demeurée stable, quand elle ne s’est pas carrément légèrement améliorée.

Pour le bien de son sondage, le Pew Research Center a cherché à évaluer la confiance accordée à une trentaine de réseaux et autres médias, allant de la télévision câblée au commentateur de droite Rush Limbaugh, en passant par le quotidien New York Times, le Washington Examiner, ou encore le média numérique HuffPost.

Au total, davantage de républicains se méfient de 20 des 30 sources d’informations utilisées qu’ils ne leur font confiance. Seuls sept médias suscitent plus de confiance que de méfiance chez les républicains, y compris la chaîne de télévision Fox News et les émissions de radio des animateurs de droite Sean Hannity et Rush Limbaugh.

Chez les démocrates, la situation est pratiquement opposée. Davantage d’électeurs de ce parti font confiance à 22 des 30 sources plutôt que de s’en méfier. Parmi les huit sources d’informations suscitant la méfiance, on retrouve Fox News, et les émissions de radio de Sean Hannity et de Rush Limbaugh.

Si l’on aborde plutôt la question du côté de la crédibilité des médias, écrit le Pew Research Center, près de la moitié des sources utilisées lors de l’enquête (13) sont jugées dignes de confiance par au moins le tiers des électeurs démocrates, mais seulement deux ont droit au même traitement de la part d’un tiers des électeurs républicains.

Il semble également exister une équation entre la fréquence de consultation des médias et la confiance qui leur est accordée. Chez les républicains, seule Fox News a été consultée, au cours d’une semaine typique, par au moins le tiers des électeurs de ce parti pour obtenir des nouvelles sur la politique et les élections. Chez les démocrates, on compte plutôt au moins cinq sources: CNN, NBC News, ABC News, CBS News et MSNBC.

CNN et Fox ont par ailleurs droit aux éloges de deux tiers des électeurs démocrates et républicains, respectivement, en tant que source fiable d’informations, révèle le sondage.


Autres contenus:

C’est le hasard, et non l’idéologie, qui alimente la polarisation politique

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre