L’Allemagne bloque une vente d’armes à l’Arabie saoudite

0

L’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi survenu le 2 octobre 2018 au consulat de l’Arabie saoudite à Istanbul en Turquie est un incident assez grave pour Berlin afin de justifier l’interruption de la vente de 48 avions de guerre Eurofighter Typhoon à Riyad, rapporte Reuters le 15 février.

Le PDG du département de la défense et du secteur spatial d’Airbus, Dirk Hoke a fait part à Reuters de l’incertitude concernant un problème qui mine la crédibilité de l’Allemagne. Interrompre la vente d’avions de guerre pour des raisons politiques, voire humanitaires, peut nuire à la réalisation de futurs projets militaires franco-allemands, incluant l’Eurodrone.

«C’est un problème sérieux. Nous faisons face à des contraintes dans plusieurs projets et plusieurs problèmes ont été mis sur la glace», a affirmé Dirk Hoke en marge de la Munich Security Conference.

Les affaires avec l’Allemagne comptent pour moins de 2% de l’importation totale d’armement en Arabie saoudite. Un petit pourcentage comparé aux achats d’armement en provenance des États-Unis et du Royaume-Uni, mais l’Allemagne est partie prenante de contrats d’exportation avec d’autres pays. Les Eurofighter en question sont construits par un consortium composé de quatre pays: Allemagne, Royaume-Uni, Italie et Espagne. Ils sont représentés par le constructeur aéronautique Airbus, le britannique BAE Systems et l’italien Leonardo.

Grâce à un accord bilatéral, l’Allemagne et la France ont fait des progrès dans les derniers mois pour d’éventuels projets, dont le projet Eurodrone. Cependant, l’orientation politique du gouvernement allemand peut avoir des conséquences négatives sur leur réalisation, poursuit Dirk Hoke.

Berlin va-t-il se mettre Paris à dos?


Autres contenus:

Faire des provisions pour la fin du monde? Non, pour le Brexit!

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Répondre