Shadows: Awakening – deux mondes, un RPG

2

Sous des allures plutôt génériques, Shadows: Awakening cache un action-RPG différent, qui incorpore une bonne dose de puzzles à son expérience en se déroulant à la fois dans le monde « réel » et dans une dimension astrale.

Au premier coup d’œil, rien ne distingue Shadows: Awakening des autres expériences de type action-RPG. Présenté dans une vue isométrique au-dessus de l’action, le titre propose plusieurs classes différentes de héros (guerrier, archer, mage, etc.), des combats en temps réel, un système d’évolution de personnages complexe, des dizaines de quêtes et une tonne de butin, le tout dans un univers de fantasy médiévale, le royaume Hérétique, qui est menacé d’anéantissement par une force maléfique que vous seul pouvez stopper. Rien de neuf sous le soleil…

Image tirée du jeu

En dehors de ces lieux communs, Shadows: Awakening se démarque toutefois en nous laissant jouer un démon capable de contrôler n’importe quel héros dont il a dévoré l’âme. En plus du démon, notre équipe peut compter jusqu’à trois de ces « marionnettes de viande ». Bien qu’on n’en contrôle qu’un seul à la fois et qu’il faille gérer l’évolution comme l’équipement de chacun, cette approche permet de jouer les différentes classes du jeu simultanément, et d’ainsi avoir toujours sous la main un personnage dont les pouvoirs sont appropriés à la situation à laquelle on est confronté.

L’autre particularité de Shadows: Awakening est de prendre place à la fois dans le royaume Hérétique, ainsi que dans une sorte de dimension éthérique à laquelle seul le démon peut accéder. On passe d’une dimension à l’autre d’un simple bouton de la manette, et cette dualité apporte des mécaniques intéressantes au jeu. Parfois, il faut détruire l’armure psychique d’un ennemi dans le monde astral avant de pouvoir lui infliger des dommages dans le monde « réel ». À d’autres moments, ce concept est appliqué à des puzzles, et des passages secrets ou des mécanismes sont révélés lorsqu’on passe d’une dimension à l’autre.

Image tirée du jeu

On ne contrôle pas le placement de la caméra dans Shadows: Awakening et il n’y a pas de zoom sur l’action non plus, mais les graphiques sont vraiment jolis, et les environnements semblent beaucoup plus détaillés que dans la moyenne des jeux de ce genre. On apprécie le style arabisant des visuels, tout comme la présence d’objets destructibles, qui rendent les décors encore plus organiques. Le monde éthérique offre des variations sombres de chaque tableau (et des ennemis différents), et le jeu ne souffre d’aucun ralentissement lorsqu’on passe d’une dimension à l’autre.

Shadows: Awakening ne révolutionne peut-être pas la formule, mais si vous êtes de ceux qui n’arrivez jamais à choisir une classe parce que vous avez envie de toutes les jouer, l’approche de cet action-RPG devrait vous satisfaire.

7/10

Shadows: Awakening

Développeur : Games Farm

Éditeur : Kalypso Media

Plateformes : PS4, Windows, Xbox One (testé sur Xbox One)


Autres contenus:

Shadow of the Tomb Raider: aller se perdre dans la jungle

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Test Shadows: Awakening - Patrick Robert

  2. Pingback: Megaquarium, pour éveiller le Jacques Cousteau en vous

Répondre