SureCall et ses antennes cellulaires: who you gonna call?

0

En cette époque d’ultraconnectivité, où l’on traîne constamment avec soi l’équivalent d’un mini-ordinateur capable d’accéder au web en quelques mouvements des doigts, on constate bien souvent les limites physiques des nombreuses antennes installées en ville comme à la campagne. Heureusement, il existe des solutions.

L’entreprise américaine SureCall, déjà présente du côté des entreprises, offre également des solutions pour la voiture et pour la maison. Le principe est simple: une antenne installée à l’extérieur capte le signal cellulaire – voix, messages texte, 4G, LTE, etc. – et transmet ces informations jusqu’à une borne installée à l’intérieur. De là, la borne en question diffuse le signal cellulaire à l’intérieur de la zone souhaitée (bureau, voiture, domicile), et ce bien souvent sur une surface théorique de plusieurs centaines de mètres carrés.

Comme l’expliquait le vice-président du marketing Jonathan Bacon, dans le cadre d’une séance d’information organisée à Montréal et destinée aux journalistes spécialisés en technologie, le développement des réseaux cellulaires modernes se heurte à des problèmes qu’il est difficile de surmonter par des moyens plus traditionnels. Les détenteurs de téléphone cellulaire utilisent davantage ceux-ci à l’intérieur, là où les ondes émises par les relais extérieurs se heurtent au béton, au verre et aux autres matériaux de construction.

Les plus récents produits lancés par la compagnie, les Fusion2Go 3.0 et Fusion2Go 3.0 RV, sont destinés à une utilisation lors des déplacements. Après avoir installé une antenne à l’extérieur de la voiture (ou de la roulotte, en fonction du modèle), il faut ensuite brancher la borne de réception dans l’allume-cigare (ou dans une prise murale, pour les roulottes), et le tour est joué!

Dans le cadre de sa tournée promotionnelle, SureCall offrait aux journalistes montréalais de tester une borne pour la voiture, justement, mais pour ce journaliste, qui réside dans un quartier central et qui ne possède pas de voiture, le choix s’est plutôt porté sur le Flare, l’équivalent du produit pour la voiture, mais qui s’installe plutôt chez soi.

Le fonctionnement est simple: on connecte l’antenne à la borne de transmission à l’aide d’un câble coaxial, on branche la borne dans une prise murale, et hop!, on obtient environ, dans le cadre d’un premier test, un signal de 30 à 40% plus fort. Selon la compagnie, le signal ainsi augmenté peut couvrir une surface allant jusqu’à 230 mètres carrés, environ. Amplement suffisant pour un logement du début du 20e siècle où les murs semblent se faire une joie d’absorber les ondes radio.

Là où les choses sont on un peu plus complexe, c’est du côté de l’installation. Il est en effet fortement recommandé d’installer l’antenne du Flare sur le toit de son domicile, pour ensuite dérouler le câble coaxial pour le faire entrer à l’intérieur de la demeure, jusqu’à se connecter à la borne, au moins sept mètres plus loin, suggère-t-on. Pour les amateurs de travaux résidentiels, la tâche ne devrait pas être trop complexe, mais pour ceux qui n’ont pas nécessairement les outils nécessaires, il pourrait être nécessaire de faire appel à un spécialiste. Surtout lorsque, comme dans le cas de ce journaliste, l’installation implique le perçage de la maçonnerie extérieure.

Faut-il absolument s’équiper d’un Flare, ou encore d’un Fusion2Go 3.0? Le prix de 500$ pour le premier, et de 400$ pour le second, peut faire sourciller. Cependant, l’installation est simple, le produit fonctionne exactement comme prévu, la documentation est heureusement disponible en français – une rareté, malheureusement, pour ce genre de produits technologiques fabriqués chez l’Oncle Sam -, et l’amélioration est immédiate. Pour ceux qui en ont plus qu’assez de la réception intermittente à leur domicile ou dans leur véhicule, ou ceux qui ne veulent plus devoir sortir à l’extérieur pour effectuer un appel téléphonique, SureCall a certainement la solution à ces problèmes.


En complément:

https://www.pieuvre.ca/2018/05/02/ces-villes-qui-accueillent-les-robots-livreurs/

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre