Game Night: jeu de société

2

Parfois, un simple malentendu peut donner naissance à une véritable comédie d’erreurs, et c’est exactement le cas de Game Night, un film mettant en vedette Jason Bateman et Rachel McAdams.

Que ce soit le Risk, le Scrabble, les charades ou même le tapis de Dance Dance Revolution à l’arcade, Max et Annie adorent jouer. Cette passion commune est à l’origine de leur couple, et chaque semaine, le très compétitif duo se réunit avec leurs amis pour une soirée de jeux. Invités à un meurtre et mystère chez Brooks, le riche frère de Max à qui tout semble réussir, personne ne se pose de questions lorsque leur hôte est kidnappé sous leurs yeux par des hommes cagoulés, et les convives iront même jusqu’à se lancer à la poursuite des ravisseurs, sans se douter un seul instant qu’il s’agit d’un véritable enlèvement, et de véritables criminels.

La pochette du boîtier

Bien qu’il utilise la formule archiclassique du quiproquo comme fil conducteur, Game Night développe assez bien sa prémisse, grâce à un scénario drôle et pertinent de Mark Perez qui reconnaît la place que le jeu prend dans nos sociétés modernes, tout comme la compétitivité et l’envie de gagner à tout prix, quitte à tricher. Cette comédie policière assume autant son côté geek que son côté trash, et les références à Pac Man côtoient les blagues douteuses sur Hitler ou l’autofellation. Avec son humour décapant et légèrement grossier, le film s’adresse définitivement aux adultes avertis.

Jason Bateman a fait carrière en livrant ses blagues sur un ton pince-sans-rire, et cette « retenue » humoristique fonctionne encore très bien ici. Même si on la voit dans des rôles sérieux la plupart du temps, Game Night nous rappelle que Rachel McAdams possède aussi un énorme talent pour la comédie. Jouant le pathétique voisin divorcé, on apprécie beaucoup la performance de Jesse Plemons (Black Mirror). Billy Magnussen est délicieux dans le rôle de Ryan, un beau gosse incroyablement stupide. Des acteurs de la trempe de Michael C. Hall, Danny Huston et Jeffrey Wright font également de brèves apparitions dans le film.

Image tirée du film

La présence de deux réalisateurs (John Francis Daley et Jonathan Goldstein) explique probablement la grande variété cinématographique de Game Night, qui présente autant des scènes tournées à la manière d’un sitcom que des séquences d’action enlevantes. La caméra utilise souvent la lentille « tilt-shift », un effet visuel donnant à la banlieue américaine des airs de maquette miniature. Parmi les nombreux clins d’œil à la culture populaire parsemant le film, les réalisateurs reprennent mot pour mot la fameuse scène de holdup au début de Pulp Fiction.

Game Night est disponible en édition Combo Pack, incluant le film sur Blu-ray, DVD, et s’accompagnant d’un code pour télécharger une copie numérique. On a été plutôt chiche du côté du matériel supplémentaire, qui ne comprend qu’un très court Making Of d’environ trois minutes avec les acteurs principaux, l’auteur et les deux réalisateurs, ainsi qu’un montage de six minutes des décrochages les plus drôles survenus sur le plateau de tournage.

Moderne et divertissant, Game Night parvient à faire du neuf à partir d’une formule éculée, et sans être le film le plus drôle de l’année, cette comédie policière vous fera assurément passer un bon moment, que vous soyez un joueur invétéré, ou pas.

7/10

Game Night

Réalisation : John Francis Daley et Jonathan Goldstein

Scénario : Mark Perez

Avec : Jason Bateman, Rachel McAdams, Kyle Chandler, Sharon Horgan, Lamorne Morris et Billy Magnussen

Durée : 100 minutes

Format : Combo Pack

Langue : Anglais, français, espagnol et portugais


En complément:

The 15:17 to Paris : on prend toujours un train…

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Critique Game Night - Patrick Robert

  2. Pingback: De fascinantes absurdités québécoises à suivre en rafale dans Faits divers

Répondre