Un glacier de Patagonie perd un gros morceau

1

Le réchauffement climatique marque un pas de plus, visible cette fois-ci. Le pont de glace qui distinguait le glacier Perito Moreno en Argentine d’une superficie de 250 km2 s’est effondré, rapporte La Nación le 12 mars.

À l’abri des regards, le pont de glace n’a pas résisté aux assauts de l’eau et s’est effondré pendant la nuit du 11 au 12 mars sur le canal Témpanos. L’arche en moins est l’une des images les plus choquantes de la rupture du glacier Perito Moreno. L’heure exacte à laquelle l’effondrement est survenu ne peut être spécifiée puisque les visiteurs du Parc national Los Glaciares doivent quitter la zone avant 22 heures.

Si un pont s’est formé, c’est parce que la structure du glacier a été percée à une plus grande vitesse que pendant les autres périodes observées. Tout aussi inquiétante, la masse de glace n’a pas atteint la même hauteur que celle atteinte dans les années passées. Avec la fonte subite de la dernière semaine, le glacier a perdu un tiers de son volume, d’après les porte-paroles du Parc national.

Se basant sur le courant de l’eau passant du Brazo Rico au canal Témpanos, les experts avaient calculé que l’effondrement se ferait en deux ou trois jours. Environ 3000 touristes et scientifiques se sont rendus sur place le 11 mars pour observer la chute des premiers morceaux de glace.

Congélateurs terrestres, les glaciers maintiennent une température idéale pour assurer la vie de notre ère. Ces masses de glace sculptent les reliefs rocheux sous l’effet de la gravité.


En complément:

Davantage de réchauffement, davantage de tempêtes de neige

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Un commentaire

  1. Pingback: De nouveaux projets pétroliers malgré la fonte des glaciers

Répondre