Littérature – Là où il est question du rapport à la mer

0

La mère et la mer, toutes deux sources de vie. Voilà autour de quoi si situe le plus récent roman de Chantal Thomas, paru aux éditions du Seuil sous le titre Souvenirs de marée basse.

La couverture du livre

L’auteure et essayiste nous fait d’abord plonger dans la peau d’une petite fille qui raconte sa relation avec sa mère: une mère qui fuit, une mère qui nage comme pour constamment effacer ses traces. On va suivre la petite qui tente de rattraper cette mère plutôt absente, enfermée en elle-même avec ses espoirs déçus, ses rêves non réalisés et sa peur d’être emprisonnée. Pour cette femme, la mer c’est la liberté, pour sa fille, l’océan c’est le cordon ombilical qu’elle tente de recréer avec sa génitrice.

À travers la description de cette relation compliquée et insatisfaisante, Thomas dépeint avec élégance les petites choses de la vie de tous les étés, autant au bord de l’Atlantique que de la Méditerranée. Elle le fait avec un style riche, foisonnant du vocabulaire le plus approprié et poétique qui soit. Elle arrive à nous faire humer le varech, ressentir les grains de sable qui restent pris entre les orteils et partager le sentiment de frustration de la petite fille qui doit bien finir par rentrer, après toute une journée passée à découvrir la plage et à s’inventer des histoires.

La narration de cette relation filiale avance dans le temps, mais n’évolue pas beaucoup. La distance demeure entre mère et fille et la nage en mer restera toujours un moyen d’évasion, une façon d’éviter d’aborder les vrais enjeux.

Roman de découverte, véritable roman sentimental sans mièvrerie, Souvenirs de marée basses confirme la grande maturité d’une écrivaine accomplie.

Partagez

À propos du journaliste

Martin Prévost

Martin Prévost fréquente la scène culturelle montréalaise depuis plus de trente ans. À titre de chroniqueur culturel, il a collaboré au magazine Paraquad durant deux ans et il est un fidèle de Pieuvre.ca depuis ses débuts. Ses intérêts vont du design à la danse contemporaine en passant par les arts du cirque, la musique du monde, la littérature, le théâtre, les arts visuels et le cinéma. Musicien amateur, il consacre la plupart de ses interventions pour Pieuvre.ca à la musique classique, de la musique de chambre à l’opéra.

Répondre