L’OSM claironne sa programmation pour la saison 2017-2018

0

Après avoir offert l’Œuvre pour cuivres de Gabriele aux mélomanes invités, le Maestro Kent Nagano et la direction de l’OSM ont dévoilé une programmation transcendante pour leur prochaine saison lors d’une conférence de presse à la Maison symphonique de Montréal mercredi dernier.

En mot d’ouverture, le Maestro ne pouvait passer sous le silence les changements politiques qui sévissent au sud de notre frontière. L’américain d’origine a avoué sa grande déception face à l’annonce des retraits des subventions gouvernementales aux deux agences étatsuniennes chargées des institutions culturelles au pays : le National Endowment for the Arts et le National Endowment for the Humanities. « Quand la polarisation des idées se substitue au débat rationnel et que les positions contraires n’aboutissent à aucun compromis, nous devons faire face à des enjeux d’identité et d’appartenance », souligne M. Nagano. C’est dans cette optique que pour son 83e anniversaire, l’Orchestre symphonique de Montréal a choisi l’humanisme comme thème central pour sa saison 2017-2018. Ainsi inspiré par la culture québécoise, le Maestro a voulu teinter la programmation aux couleurs de la métropole qui se distingue par sa grande diversité et son caractère unique. « Nous qui avons la chance de vivre aujourd’hui à Montréal, il ne faut pas oublier la nature spéciale de cette ville. Pour quelqu’un comme moi qui a le privilège de voyager partout, de voir le mouvement social et le mouvement politique partout, [je constate que]Montréal, et en référence le Québec, est un endroit vraiment spécial. Cette saison est construite pour que tout le monde [entier]puisse voir qu’il y a une alternative », ajoute le maître d’orchestre.

La nouvelle saison s’annonce prospère avec plus de 100 concerts qui s’adressent à tous les publics, passant par les plus grands chefs d’œuvres de la musique classique jusqu’aux trames sonores qui ont marqué l’univers du 7e art avec la série Science & Fiction. Dans le prolongement de son idée d’un Québec symbole d’inclusion, le Maestro propose dans sa programmation plusieurs concerts accompagnés par des chorales pour souligner le plaisir de rassembler, de chanter et de jouer ensemble. Ainsi la saison débutera magistralement en septembre prochain avec la Symphonie des milles de Mahler, une œuvre décrite par le compositeur « comme l’univers entier en train de tonner et résonner ». Pour rendre cette grandeur, l’Orchestre sera assisté par des solistes et des chœurs invités, dont les Petits chanteurs du Mont-Royal. Un tout qui s’avère spectaculaire puisque ce concert rassemblera plus de 350 personnes sur scène. De plus, les puristes apprécieront sans doute l’hommage spécial voué à quatre œuvres sacrées: le Requiem de Verdi, la Messe en do mineur de Mozart, l’Oratorio de Noël de Saint-Saëns et le Magnificat de Bach.

Les incontournables

Parmi les incontournables à ne pas manquer, il faut souligner la venue de pianistes de renommée internationale le temps d’un récital. L’artiste en résidence à l’OSM, Mikhaïl Pletnev, offrira notamment la Sonate n° 1 de Rachmaninov pour célébrer le 75e anniversaire du décès du compositeur russe. Le grand pianiste italien, Maurizio Pollini, fait son grand retour à Montréal après 30 ans d’absence sur la scène de l’OSM. Puis, la vedette chinoise, Yuja Wang, enflammera certainement le public avec son jeu spontané et audacieux.

En grande première, Nagano innovera une fois de plus avec un nouveau concept : Concert à l’aveugle. Pour l’occasion, le public sera plongé dans la noirceur la plus totale pour apprécier toutes les subtilités de la musique lorsque seule l’ouïe est le sens sollicité. Une création originale pour guitare électrique et orchestre, commandée spécialement à l’artiste John Anthony Lennon, qui transportera le spectateur dans l’ambiance des années 60.

Pour célébrer les 150 ans du Canada, le festival Nordique battra son plein pour trois jours seulement. Sous le thème de la nordicité, cet évènement promet des découvertes originales avec des artistes issus des Premières nations canadiennes, du Danemark, de la Finlande, d’Islande, de la Norvège, de la Russie et de la Suède.

De plus, Jeux d’enfants permettra aux plus jeunes de se familiariser avec la musique classique grâce à une programmation adaptée à partir de récits fantastiques. Sans oublier le fameux spectacle de la veille de Noël qui s’intitulera cette année: Le diable en canot d’écorce. Racontée par le comédien Antoine Bertrand, cette légende folklorique bien québécoise basée sur la Chasse-galerie a été repensée par nul autre que Michel Tremblay et mise en espace par René Richard-Cyr.

Finalement, le festival Beethoven conclura la saison avec cinq concerts en une semaine, où les neuf symphonies qui sont synonymes de liberté seront revisitées par le chef d’orchestre Kent Nagano et ses musiciens. Pour les intéressés, voici l’agencement prévu: n° 4 et n° 5, n° 2 et n° 6, n° 8 et n° 7, n° 1 et n° 3, puis la n° 9 « Hymne à la joie ».

Pour découvrir la programmation complète offerte par l’OSM en 2017-2018, consultez le site web: osm.ca/fr/

Partagez

À propos du journaliste

Geneviève Cournoyer-Scalise

Native de Montréal, Geneviève a étudié en journalisme à l'Université de Montréal. Elle s'intéresse aux sports, à la politique locale et internationale, à la culture, à l'histoire, au divertissement, au monde du voyage, à la technologie et aux jeux vidéo, sans oublier le plaisir coupable des nouvelles insolites.

Répondre