The Night Of: l’erreur (judiciaire) est humaine

1

Patrick Robert

Mettant en vedette Riz Ahmed, Bill Camp et John Turturro, la minisérie The Night Of propose un portrait très réaliste de la justice, et transcende le simple drame policier grâce à son commentaire social sur l’Amérique post 11 septembre.

La pochette du coffret

Nasir, un jeune Pakistanais sans histoires habitant New York, emprunte le taxi de son père un soir pour se rendre à une fête à Manhattan. Tandis que la voiture jaune est immobilisée à un feu rouge, une passagère monte à bord et lui donne sa destination. Même s’il n’est pas en service, le conducteur accepte la course. En cours de route, il se découvre des atomes crochus avec la jeune femme, nommée Andrea. Cette dernière l’invite chez elle, où les deux consomment de la drogue et ont une relation sexuelle avant que Nasir ne s’endorme. À son réveil, il découvre avec horreur le cadavre maculé de sang d’Andrea, poignardée à 22 reprises. Pris de panique, le jeune homme s’enfuit, mais se fait arrêter par la police quelques rues plus loin. Alors que toutes les apparences sont contre lui, Nasir se verra accusé d’un meurtre qu’il ne se souvient pas du tout avoir commis.

Au lieu de présenter une version romancée du travail des policiers et des avocats, The Night Of illustre comment la justice est dirigée par des humains en fin de compte, avec leurs défauts, leur incompétence, et leur propension à l’erreur. Les scénaristes connaissent manifestement les rouages de la loi, et ils dépeignent dans les moindres détails le processus entourant la « gestion » d’un meurtre, de l’enquête de la scène de crime aux prélèvements de salive et de sperme du suspect, en passant par la vie carcérale, ou la manipulation des experts appelés à venir témoigner par la couronne. L’autre force de la minisérie est de mettre en scène l’islamophobie de l’Amérique d’aujourd’hui à travers son accusé, un Pakistanais qui, à cause des préjugés envers les « Arabes », sera considéré coupable d’avance, au point où les détectives ne suivront aucune autre piste.

The Night Of contient une galerie de personnages complexes et mémorables, et des acteurs possédant le talent nécessaire pour leur rendre justice. Dans le rôle principal, Riz Ahmed nous fait vivre la transformation graduelle d’un jeune homme timide et poli qui, au contact du monde carcéral, se transformera en véritable dur à cuire. Avec son personnage de John Stone, un chasseur d’ambulances souffrant d’eczéma qui défendra le jeune accusé parce qu’il est convaincu de son innocence, John Turturro vole carrément la vedette. On remarque aussi les performances de Bill Camp, l’interprète de l’inspecteur Box, un vétéran de 33 ans à la veille de la retraite, ainsi que celle de Michael Kenneth Williams dans le rôle de Freddy Knight, un ancien boxeur vedette incarcéré qui offrira sa protection à Nasir.

Comme tout bon polar, The Night Of propose sa part d’images sombres et urbaines, et n’hésite pas à recourir aux néons des postes de police et des prisons pour accentuer son côté glauque. La réalisation manie habilement les éclairages, et crée des zones de contrastes dans pratiquement chaque scène, ce qui en augmente l’intensité dramatique. À l’image du scénario, la caméra aime faire des gros plans sur les petits gestes quotidiens, comme une main se posant sur une autre, ou une avocate retirant ses talons hauts pour chausser des espadrilles en sortant de la Cour, ce qui ancre encore plus ses personnages fictifs dans la réalité. La minisérie tire également profit des paysages typiquement new-yorkais pour insérer ici et là quelques belles cartes postales.

Le coffret maintenant disponible contient les huit épisodes d’une heure chacun (à l’exception du premier qui fait 1h20 et de la conclusion qui s’étire à 1h35) sur trois disques au format Blu-ray. La version haute définition de The Night Of s’assortit également d’un code pour télécharger une copie numérique, mais, chose plutôt rare de nos jours, on ne retrouve aucune forme de matériel supplémentaire sur l’édition, ni piste de commentaires, ni entrevues avec les acteurs principaux ou les scénaristes.

The Night Of illustre à merveille l’adage selon lequel il vaut mieux un coupable en liberté qu’un innocent en prison. Comptant parmi les meilleurs drames policiers de l’année, cette minisérie remplie d’humanité ne laissera personne indifférent.

8/10

The Night Of

Réalisation : Steven Zaillian et James Marsh

Scénario : Steven Zaillian, Richard Price, Peter Moffat

Avec : John Turturro, Riz Ahmed, Bill Camp, Paul Sparks, Amara Karan et Michael Kenneth Williams

Durée : 524 minutes
Format : Blu-ray (3 disques)
Langue : Anglais et espagnol (avec sous-titres français)

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique The night Of [Blu-ray] - Patrick Robert

Répondre