Off Bigico, une exploration de la gigue contemporaine

0

Mathilde Perallat

Bigico est spécialisé dans la diffusion de la gigue contemporaine. Pour rappel, la gigue est cette danse traditionnelle rapide principalement exécutée avec les pieds et d’origine irlandaise. Elle est arrivée au Québec avec l’immigration, un peu comme le tap-dancing aux États-Unis. Aujourd’hui, il existe une gigue « contemporaine » dont Bigico, à l’initiative de Lük Fleury son directeur, se fait le représentant en participant à sa reconnaissance, son développement et son excellence.

Le Off Bigico est un événement original au Théâtre des Écuries. Pour trois représentations la place est laissée à onze chorégraphes nouveaux ou en devenir pour qu’ils explorent les potentialités et avenirs en mouvement de la gigue contemporaine, en déconstruction, en abstraction, ou encore en expressivité. Le résultat est onze propositions très différentes qui nous donnent un aperçu de ce qui est en train de se passer dans cette danse d’origine traditionnelle et pourtant ici tout à fait en prise avec la modernité. Parmi les propositions, on découvre des choses très narratives comme celle de Sébastien Talbot, chorégraphe et interprète qui prend la peau d’un conteur utilisant les mouvements de danse pour créer des images-tableaux expressionnistes. Il y a des évocations plus évaporées telles que celle de Sandrine Martel-Laferrière qui base son travail sur le lien entre deux êtres au travers de leur souffle et de leur mouvement qui se font écho, très poétique. Entre légèreté et pesanteur, Mélissandre Tremblay-Bourassa gigue avec soulier traditionnel et pointe de ballet. S’élever ou s’ancrer, tel est son va-et-vient à elle. Sébastien Chalumeau nous offre une transposition du langage en mouvements « giguiques », alphabet à l’appui. Joussif. Ou encore une plus ludique, une improvisation à trois en direct.

Chaque chorégraphie est courte, entre cinq et dix minutes. On parfois reste sur notre faim mais c’était dans le contrat de départ. Alors, on se dit que ce sont autant de mises-en-bouche qui annoncent de beaux projets en perspective. Off Bigico, un projet fort intéressant, à suivre pour les curieux.

Partagez

À propos du journaliste

Mathilde Perallat

Mathilde Perallat vient de France, et plus particulièrement de Provence. Avant de s’installer à Montréal, elle a passé plusieurs années dans la capitale culturelle française où elle s’est nourrie de théâtre, de danse et de cirque en forte quantité – autant que de qualité. C’est aussi par sa propre pratique des arts du cirque, en tant que danseuse aérienne, qu’elle est tombée amoureuse des arts de la scène. Formée en sociologie et en gestion, et doctorante à Concordia dans une recherche sur le rôle social que peut porter le cirque, Mathilde s’inspire et nourrit son âme et son esprit de spectacles en tous genres tout en continuant à se forger un esprit critique, cette critique qui fait si bien la réputation de son pays, pour le meilleur et pour le pire. Elle sait néanmoins mettre de l’eau dans son vin (selon les circonstances) et tente de donner des avis qui mesurent regard personnel et mise en perspective, toujours dans une grande ouverture.

Répondre