Longs courriers: tomber de l’Amérique en Angleterre

0

Éloïse Choquette

Disons-le tout de suite : encore une fois, la collaboration entre Stéphane Lépine et James Hyndman pour cette troisième soirée de cette troisième édition de lectures de textes choisis au Théâtre de Quat’Sous est aussi captivante que charmante.

Cette fois-ci, c’était le recueil épistolaire d’Helene Hanff, 84, Charing Cross Road, qui était à l’honneur. Un texte d’autant plus bien choisi qu’il a entre autres permis une collaboration exquise avec Évelyne de la Chenelière.

Basée sur les lettres échangées entre Helene Hanff et son libraire londonien, Frank Doyle, de 1949 à 1969, l’œuvre en soi reste d’une fraîcheur et d’un humour pétillants, empreint de cette nostalgie indéfinissable qui nous prend à la gorge et à l’âme, témoin d’une époque révolue pourtant pas si lointaine. Les extraits choisis nous permettent de bien saisir la relation d’abord cordiale, puis de plus en plus amicale et intime entre Helene et Frank, à travers une série de lettres qu’ils ont échangées ainsi que celles d’autres personnes de leur entourage, témoins de cette amitié d’outre-mer qui s’est épanouie sans que jamais les deux ne se soient rencontrés.

La complicité et la chimie naturelle entre James Hyndman et Évelyne de la Chenelière ne fait qu’accroître le plaisir du public de pouvoir se délecter de la plume franche tantôt rêveuse, tantôt taquine d’Helene Hanff. Sans être surfaite, leur interprétation des lettres reste sobre, mais enjouée, avec un je-ne-sais-quoi qui transforme la simple lecture en dialogue fluide. Il faut dire que le stoïcisme naturel de James Hyndman se prête assez bien au subtil charme anglais, un charme qu’Évelyne de la Chenelière vient compléter à merveille en campant une Helene espiègle et frondeuse.

Dommage qu’une seule soirée soit réservée par œuvre – on en redemanderait certainement plusieurs autres, et plusieurs autres encore!

84, Charing Cross Road, troisième soirée de la série Longs courriers, a été présenté le lundi 7 mars 2016 dans la salle principale du Théâtre de Quat’Sous. La quatrième et dernière soirée, Lettre au père de Franz Kafka, se tiendra le lundi 18 avril 2016.

Partagez

À propos du journaliste

Éloïse Choquette

Éloïse Choquette fait comme si elle menait une vie bien rangée d’architecte de jour – et devient une personne éclectique de nuit. Que ce soit en étant activement impliquée dans des organismes à but non lucratif, ou encore en faisant des études à temps partiel à Concordia en littérature et études des peuples autochtones, Éloïse aime diversifier ses champs d’intérêts, qui passent du féminisme intersectionel à la littérature, en passant par la science-fiction, les arts de la scène, le cinéma, la mode et le design. Journaliste chez Pieuvre depuis 2011, elle raffole de théâtre, de musique et de danse, qu’elle se plait à disséquer avec un enthousiasme certain. Elle puise la plupart de ses citations et inspirations quotidiennes dans Star Trek et Harry Potter, sujets dont elle peut discourir pendant des heures.

Répondre