Catégorie: Culturel

Peut-être Esther… Comprendre le passé

Peut-être Esther de Katja Petrowskaja est une exploration historique intimiste. Ce premier ouvrage, récompensé par le prix Ingebord-Bachmann en 2013, s’avère un récit autobiographique fourmillant de repères historiques, essentiels à la compréhension de l’Europe et de son passé. Cependant, c’est un récit épineux et imparfait.

Génération désorientée dans un cul-de-sac systémique

I am yours (2014) de Iram Haq et Love me (2015) de Maryna Gorbach et Mehmet Bahadir Er saisissent des histoires d’amour éphémères. Les trois cinéastes restent fidèles à la condition de leur génération de la Norvège à l’Ukraine.

Stéphane Fallu – Naïveté grivoise

Dans son one man show intitulé Bon deuxième – présenté au Saint-Denis 2 en grande première et en grande deuxième, les 25 et 26 mars – Stéphane Fallu s’expose candidement et explique comment il est possible d’être parfaitement heureux, tout en se contentant d’une très confortable deuxième place. Il revendique le droit de ne pas être le meilleur et assume pleinement cette position, parce que des deuxièmes, ça en prend!

Pauline Julien dans tous ses états

Pauline Julien, icone québécoise? La comédienne, chanteuse et militante politique a certainement laissé sa trace dans l’histoire de la province, mais 17 ans après sa mort, les jeunes générations connaissent peu de choses sur les grands combats de cette femme. Visiblement inspirée par cette figure marquante de la société québécoise, la comédienne, chanteuse et conceptrice Audrée Southière reprend T’en souviens-tu, Pauline? à l’Espace libre.

FIFA – La lumière et les ténèbres de Tolkien

Après six films, quatre livres principaux et quantité d’ajouts, de discussions, de documentaires, que reste-t-il à dire sur J.R.R. Tolkien et le Seigneur des Anneaux? Tout en fait; et le film J.R.R. Tolkien, des mots, des ombres, projeté dans le cadre du 33e Festival international de films sur l’art, ajoute une nouvelle pierre au fantastique édifice de l’auteur.

FIFA – Architectures en translation

Le Festival international du film sur l’art (FIFA) se démarque par la rencontre entre le cinéma et un autre médium artistique. Le spectateur demeure libre de s’interroger sur l’acte de filmer par rapport au sujet architectural en visionnant les quatre documentaires suivants.

Atlantis Season Two Part One: des monstres et des mythes

Maintenant disponible en Blu-ray et DVD, Atlantis: Season Two Part One continue de dépoussiérer les classiques de la mythologie grecque, avec six nouveaux épisodes relatant la lutte de pouvoir au sein de la légendaire cité.

FIFA – À la poursuite du trésor d’Hitler

Au-delà de la conquête militaire, de l’Holocauste ou encore de la destruction des Alliés, Hitler caressait un autre rêve: celui d’un empire culturel fort des oeuvres pillées un peu partout par les forces nazies. Si l’affaire de la collection d’oeuvres volées par les SS a fait l’objet d’un traitement hollywoodien dans The Monuments Men, Les oeuvres volées par Hitler, ou l’incroyable sauvetage, projeté dans le cadre du Festival des films sur l’art (FIFA), offre un point de vue plus réaliste.

Illusions: de l’Amour et sa réciprocité

L’amour, le vrai, celui avec un grand A, comment peut-on le définir? L’amour dont parlent les poètes, les artistes, les écrivains – cet amour-là n’est-il pas le vrai? Et n’est-ce pas toujours de ce même Amour dont ils parlent tous? Cet amour, parfois vain, souvent tragique, toujours exceptionnel, peut-on vraiment le trouver? Pour être vrai, l’amour doit-il être réciproque, partagé, consommé? Ou alors, à la manière d’Écho pour Narcisse, l’amour qui n’est pas retourné n’en est-il pas d’autant plus beau qu’il n’est pas terni par la dure réalité de la vie conjugale?

Game of Thrones: pas de nouveau livre en 2015, sauf si…

Ainsi, George R.R. Martin joue de nouveau avec le feu, replongeant une fois de plus le couteau dans la plaie de ceux qui attendent le prochain volume de sa très populaire série Song of Ice and Fire. Alors, écrit The Guardian, que les amateurs de littérature fantastique s’étaient remis de l’annonce voulant que le sixième tome de la saga ne verrait pas le jour en 2015, l’auteur indique désormais que le livre pourrait finalement paraître.

Tungstène de bile: quand la poésie s’invite au théâtre

La poésie est un art qui prend autant de formes qu’il existe de mots. Qu’est-ce qui, essentiellement, définit la poésie, et la différencie de ses cousines littéraires? Est-ce le rythme, le thème, la manière de rendre le texte, la manière de l’écrire? Qu’est-ce qui distingue le poème du monologue, de la chanson, de la nouvelle?

Hosanna: le malheur d’être soi

Créée au Quat’Sous en 1973, Hosanna – pièce phare de Michel Tremblay – sera jouée en anglais pour la première fois un an plus tard – en mai 1974 – à Toronto. Les Montréalais, eux, devront prendre leur mal en patience et attendre 42 ans avant de voir l’œuvre en anglais. Le théâtre Tableau d’hôte nous l’offre au Mainline jusqu’au 29 mars prochain. Enfin! Beau cadeau que ce voyage au bout d’une crise identitaire. Rendez-vous sur la Main avec l’un des couples les plus pathétiques de la dramaturgie québécoise.

OSM – Les ailes musicales de Napoléon II

Vivre dans l’ombre de son père n’est jamais chose facile, surtout si l’on s’appelle Napoléon. Dans un opéra-concert donné de mardi à jeudi à la Maison symphonique, l’Orchestre symphonique de Montréal explore le triste destin de celui qu’on appela l’Aiglon.

Après 30 ans, The Breakfast Club demeure indétrônable

Trente ans après que cinq élèves turbulents se sont présentés à leur école secondaire pour une retenue et ont par le fait même défini l’archétype du film d’adolescent moderne, les actrices Molly Ringwald et Ally Sheedy se rappellent de l’impact inattendu du Breakfast Club de John Hughes.

Fin de saison enlevante à Denise-Pelletier

Pour clore sa saison 2014-2015, le théâtre Denise-Pelletier fait découvrir à son jeune public la grande comédie classique de Beaumarchais, Le Barbier de Séville. Cette comédie qui se moque des travers de la bourgeoisie et de la noblesse a été jouée pour la première fois à Paris en 1775.

Vladimir Velickovic: l’art de sublimer l’horreur

Du 21 mars au 21 juin 2105 – le temps d’une saison – le 1700 La Poste accueille en grande première canadienne le peintre yougoslave Vladimir Velickovic. L’artiste débarque dans un Montréal gris et aride, non pas pour laisser une marque, mais plutôt une cicatrice dans la mémoire du spectateur. Et il frappe fort.

Le monde pleure Terry Pratchett

L’auteur britannique de littérature fantastique Terry Pratchett est décédé à l’âge de 66 ans, après avoir passé huit ans à lutter contre la maladie d’Alzheimer. « Le monde a perdu l’un de ses esprits les plus brillants et les plus vifs », a annoncé Larry Finlay, l’un des responsables de sa maison d’édition, Transworld.

OSM – Un grand orchestre attire les grands artistes

Mercredi soir, à la Maison symphonique de Montréal, l’Orchestre symphonique de Montréal recevait pour la première fois depuis sa visite en 2012, le pianiste très en vogue Lang Lang. Tout comme une gâterie, ce célèbre invité a été gardé pour le dessert

22H22 d’Ariane Moffatt: nuits de naïveté

L’ascension du bonheur de Ariane Moffatt est un parcours fascinant. Il lui aura fallu passer à travers les quatre éléments en autant d’albums originaux pour finalement atteindre le septième ciel. Néanmoins, en termes de créativité, si certains résultats sont indéniablement fabuleux, il n’en demeure pas moins que l’exercice soit toutefois habité de quelques faiblesses.

Last Christmas: quand Doctor Who rencontre le Père Noël

Afin de les aider à patienter jusqu’à la prochaine saison de Doctor Who, les fans de la série peuvent maintenant se procurer Last Christmas, l’épisode spécial mettant en vedette Nick Frost dans le rôle du Père Noël.

Mon ami Dahmer: la genèse de la fatalité

Derf Backderf, journaliste et illustrateur, dresse un portrait effrayant de la jeunesse du tueur en série Jeffrey Dahmer dans Mon ami Dahmer récemment paru en format poche chez Points.

OSM – Un peu plus à l’Est…

L’Orient… cette mystérieuse partie du globe qui évoque le mystère, l’exotisme, les vapeurs d’encens, de narguilé ou encore les effluves d’étranges épices. Afin de célébrer la belle époque de la (re)découverte de l’Orient, l’Orchestre symphonique de Montréal a organisé une série de concerts sous le thème de cet Orient imaginaire, alors que les Occidentaux étaient bercés par les histoires d’exploration intrépide et de richesses incommensurables.

But wait… There’s more. Un titre de spectacle en contradiction avec son contenu

Car, oui, nous avions des attentes, qui ont bien vite été déçues par ce spectacle de la compagnie australienne Circus Oz, présenté à la Tohu jusqu’au 15 mars.

Rocco, ou quand la boxe brise les limites de la danse contemporaine

Jusqu’au 14 mars, la Cinquième Salle de la Place des Arts s’allie à Danse Danse pour présenter Rocco, une suite de pugilats dansés par quatre hommes à la fois rivaux et égaux.

Chorus: la douleur sans l’évidence des couleurs

Par désir de compréhension ou poussé par toutes autres motivations, depuis ses débuts, François Delisle adore filmer la douleur et tous autres thèmes tabous tel l’incompréhension, la solitude et la tristesse. Chorus, de loin son plus beau, en ne manquant pas d’être imparfait, comme la vie, s’immisce en nous pour hanter longtemps.

Théâtre – La texture du son

Laurence Brunelle-Côté et Simon Drouin du bureau de l’APA présentent jusqu’au 14 mars à Espace Libre Les oiseaux mécaniques, une œuvre hybride ayant pour point de départ la 9e symphonie de Beethoven.

Chatroom: le mot de trop

Dans une salle de clavardage, des jeunes échangent sur la vie, sur leurs problèmes, sur leurs rêves et leurs frustrations d’adolescents. Lorsque l’un d’entre eux commence à expliquer qu’il est déprimé et ignore comment s’en sortir, certains de ses interlocuteurs adopteront progressivement une logique d’intimidation pour pousser le jeune homme à en finir. Le tout est présenté sur les planches de la Salle Fred-Barry, sous la forme de Chatroom.

Littérature – Hurlements silencieux sur la Rive-Sud

Luc Landry est malheureux. Fervent défenseur de la langue française, traducteur émérite, l’homme, bien installé à Greenfield Park avec sa petite famille, devrait pourtant vivre le rêve américain: celui de la voiture neuve, du pavillon familial, de la routine heureuse. Mais on ne trouve plutôt que Le silence du banlieusard.

Ennemi public, ou la haine intérieure

Un repas familial, peut-être quelque part en banlieue, dans tout ce qu’il a de plus ordinaire: les enfants ressassent les mêmes arguments, les petits-enfants s’ennuient au salon et la grand-mère semble fatiguée par des années de dispute sous son toit. Un dimanche soir comme les autres chez mémé? Oui et non. Plutôt la plus récente création théâtrale d’Olivier Choinière, Ennemi public, présentée au Théâtre d’Aujourd’hui.

Théâtre – Miroir grossissant

Jusqu’au 24 mars, le Théâtre Petit à Petit présente la pièce Grande écoute, quatrième collaboration entre l’auteur Larry Tremblay et le metteur en scène Claude Poissant.