Théâtre – Se mettre dans la peau d’un corps malade

0

Quelques jours avant sa nouvelle présence sur la scène d’un théâtre, l’actrice Charlotte Aubin répond aux questions de Pieuvre.ca à propos de son rôle principal dans Déterrer les os, une pièce de Fanie Demeule et Gabrielle Lessard portant sur le rapport au corps et à l’obsession du physique.

Charlotte Aubin a le vertige. Si l’actrice et comédienne n’en est certainement pas à ses premières armes dans le milieu artistique, avec plusieurs rôles au cinéma et à la télévision à son actif, elle ressent néanmoins une nervosité certaine à l’idée de se présenter devant le public, à partir de mardi prochain, pour jouer sur scène.

« Je dirais que j’ai combattu le stress par le travail », mentionne, au bout du fil, celle qui a déjà vécu l’expérience théâtrale dans Les dévoilements simples (stip-tease), en 2014. « Cela fait près d’un an que nous travaillons autant l’adaptation de la pièce qu’en répétition. Je pense que le moment est venu de montrer le résultat. C’est super excitant, en fait! Je ne sais vraiment pas à quoi m’attendre de la part du public, mais je pense que nous avons trouvé le ton de la pièce, et ce qu’on voulait dire avec cela; je suis assez enthousiaste, en fait. »

La jeune femme apporte d’ailleurs une nuance importante entre le théâtre et les arts du petit et du grand écran: « Je crois pratiquement qu’il s’agit de deux métiers différents. La relation avec la caméra est vraiment tout autre que la relation avec le public. Une scène, en télé ou au cinéma, tu la reprends jusqu’à temps que cela fonctionne, et une fois que c’est complété, elle est disparue et ne t’appartient plus. »

« Au théâtre, poursuit-elle, c’est à peu près le chemin contraire: c’est effectuer un parcours émotif vraiment précis, vraiment clair, que tu pourras réemprunter à chaque soir. Je pense que le défi est là… tu ne peux jamais rien laisser au hasard. C’est un niveau de précision vraiment différent. Ce n’est pas éternel, c’est toujours en changement en fonction de ton état d’esprit, de la réaction du public. »

La comédienne estime également que c’est en partie cet aspect imprévu qui alimente son désir d’adrénaline.

Le fait que Gabrielle Lessard, qui s’est occupée de l’adaptation du texte et de la mise en scène de la pièce, soit une « fille très intelligente, que j’aime beaucoup », n’a certainement pas nuit non plus.

« Nous avons beaucoup échangé », poursuit celle qui précise que le travail d’adaptation n’a pas nécessairement été de tout repos: « Il s’agit quand même d’un roman qui était une autofiction, qui est aussi écrit en s’adressant à un personnage que l’on ne voit jamais, et maintenant, il est sur scène, alors il y avait beaucoup de choses à évaluer pour que la pièce soit la plus claire possible, et que la poésie qui est dans le livre puisse en émaner. »

« Ça a été un sacré travail, mais je pense qu’on s’approche tranquillement de la vérité », ajoute la comédienne.

Déterrer les os

Une pièce de Fanie Demeule, adaptée et mise en scène par Gabrielle Lessard.

Interprétation de Charlotte Aubin et Jérémie Francoeur.

Jouée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui du 17 avril au 5 mai 2018.


En complément:

Comment je suis devenu musulman, une rigolade religieuse

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Répondre