Pac-Man Championship Edition 2, le classique au goût du jour

0

Hugo Prévost

Pac-Man est l’un de ces jeux iconiques qui semblent exister à l’extérieur de l’écoulement normal du temps. Bien sûr le titre a vieilli, mais comme Pong avant lui, ce classique du divertissement numérique demeure toujours actuel, une trentaine d’années après sa sortie. Mais même dans ce contexte, Pac-Man Championship Edition 2 réussit à revisiter très efficacement la franchise, pour le plus grand bonheur des joueurs.

On ne le dira sans doute jamais assez: Pac-Man, hé bien, c’est Pac-Man. Le petit personnage jaune qui avale les points blancs tout en tentant d’échapper aux quatre fantômes est indissociable du paysage culturel populaire. Et si les variantes du jeu d’arcade se sont multipliées avec les années – y compris avec la « suite », Mrs. Pac-Man, ou Pac-Man avec une boucle sur la tête -, l’original n’a jamais été détrôné.

Heureusement pour les joueurs, le studio Bandai Namco ne tente pas non plus de réécrire l’histoire ou de réinventer la roue. Avec Pac-Man Championship Edition 2, les développeurs ont plutôt décidé de bâtir sur le concept solide se retrouvant au coeur du jeu original afin d’y apporter certaines améliorations et ainsi rafraîchir l’expérience des joueurs.

Pourtant, l’expérience semble commencer bien mal. Car non seulement le jeu exige que l’on passe par un tutoriel, mais le tutoriel en question s’étire sur une dizaine d’étapes. Un tutoriel! Pour Pac-Man! Manger les pilules blanches, manger les fruits, fuir les fantômes, et manger les fantômes à l’occasion.

Enfin, quelques secondes après s’être demandé si les développeurs prennent les joueurs pour des idiots, l’utilité du tutoriel apparaît rapidement. Car si les modifications effectuées par les développeurs ne sont pas gigantesques, elles sont néanmoins substantielles. D’autant plus que ce journaliste n’a pas eu l’occasion de tester la première version de cette Championship Edition.

Entre autres nouveautés, il est maintenant possible de heurter les fantômes sans perdre automatiquement une vie. Au niveau de difficulté le plus bas, ceux-ci vont en fait se laisser télescoper à trois reprises avant de se mettre « en colère » et de partir à la poursuite de notre protagoniste. Et même cette colère sera de courte durée, permettant au joueur d’échapper habituellement à la vindicte des spectres colorés et de se remettre à dévorer des billes blanches.

Les développeurs ont également ajouté des mini fantômes, d’abord endormis sur le plateau de jeu, et que Pac-Man réveillera en passant près d’eux (ou en leur rentrant carrément dedans). Apeurés, ces fantômes iront se greffer à l’un des grands spectres pour former un train. Si c’est toujours uniquement ces grands fantômes qui peuvent devenir dangereux, lorsque Pac-Man réussit à transformer Blinky, Pinky, Inky et Clide en proies, plutôt qu’en chasseurs, ces mini fantômes donneront des points supplémentaires en étant dévorés par notre héros jaune.

Tout comme dans le jeu original, l’objectif est de cumuler le plus de points possible. Mais au lieu de franchir un à un les 256 niveaux du jeu traditionnel, Pac-Man Championship Edition 2 offre des zones et des styles de jeu à déverrouiller en dépassant certains scores. Dans une partie « normale » de cinq minutes, l’action devient franchement frénétique avec cette chasse aux fantômes, des déplacements de plus en plus rapides, des plateformes de saut, des pouvoirs spéciaux permettant de revenir à la case départ pour éviter une mort certaine, et une musique accrocheuse et divertissante qui s’accorde très bien avec ce qui se déroule à l’écran.

Non, Pac-Man Championship Edition 2 ne gagnera pas de prix pour son scénario; après tout, c’est un jeu d’arcade pur et simple. Et les gens de chez Bandai Namco ont réussi l’exploit de non seulement rajeunir l’un des plus grands classiques des jeux vidéo, mais d’y ajouter un petit quelque chose pour en fait un excellent titre.

À se procurer, donc, pour une bonne dose d’adrénaline sur fond de musique électronique.

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Répondre