Navigation : voiture électrique

Malgré une croissance ralentie par la pandémie, la popularité des voitures devrait continuer de prendre de l’ampleur, notamment en raison de l’inévitable reprise économique et l’éventuelle interdiction de vente de voitures à essence dans diverses juridictions, y compris au pays. Selon une nouvelle étude, toutefois, l’engouement pour ce nouveau genre de véhicules pourrait se heurter à un problème de taille: l’accès à des bornes de recharge et à un réseau électrique capable d’encaisser la demande plus forte.

Les véhicules électriques seront bientôt très nombreux dans nos rues. Comment les services de distribution d’électricité, comme Hydro-Québec, et les villes peuvent-ils se préparer? Voilà la question à laquelle souhaite répondre une nouvelle étude réalisée par des chercheurs du Pacific Northwest National Laboratory (PNNL).

Des ingénieurs de l’Université Stanford affirment avoir franchi une étape importante en vue de favoriser la recharge des voitures électriques lorsqu’elles circuleront sur des autoroutes futuristes conçues pour permettre de « faire le plein » à distance, et donc sans contact.

Le cobalt pourrait-il être un obstacle au développement des voitures électriques? Une nouvelle analyse rappelle que ce métal existe en quantité limitée et qu’on pourrait faire face à des pénuries si l’industrie ne commence pas à le raffiner et le recycler plus efficacement.

Oubliez la Tesla. La révolution de la voiture électrique, c’est en Chine qu’elle se déroule. Où il s’en est acheté l’an dernier davantage que dans tout autre pays: 1,25 million de voitures électriques, plus de la moitié de ce qui s’est vendu dans le monde entier.

Sous l’une des tentes installées dans le Vieux-Port de Montréal, la foule profitait de quelques minutes d’ombre dans l’après-midi ensoleillé de samedi, mais pas seulement. « Est-ce que la voiture est un problème », a demandé le conférencier Jérôme Laviolette. « Oui », ont clamé en chœur les nombreux enfants présents. « Est-ce que conduire est un plaisir », a demandé ensuite le chercheur. « Non », se sont exclamés les bambins, visiblement déjà bien sensibilisés au concept de mobilité durable… à la surprise de M. Laviolette, qui considère lui-même la conduite comme un plaisir!

Ses détracteurs affirment que la voiture électrique pollue plus que la voiture à essence. Ses défenseurs répondent que c’est absurde. Le Détecteur de rumeurs découvre qu’ils ont tous les deux raison… tout dépendant de la région du globe où ils habitent.

Si le succès de la nouvelle fusée d’Elon Musk démontre que la commercialisation des voyages spatiaux est bel et bien en marche, il était difficile de trouver un meilleur symbole de commercialisation que l’envoi d’une voiture en orbite.