Navigation : sanctions

La partie est loin d’être gagnée pour l’administration Biden au Moyen-Orient, même si le nouveau président n’a pas perdu de temps pour clamer que « l’Amérique est de retour! ». Selon un récent rapport du Wilson Center, la Russie s’est solidement implantée dans cette région plus que volatile, et il faudra donc que Washington apprenne à contrer Moscou, tout en tenant compte des agissements d’Israël et de l’Iran.

Alors que les rumeurs de guerre entre les États-Unis et l’Iran se sont légèrement tues, presque deux semaines après l’assassinat, par Washington, du général iranien Qassem Soleimani lors d’une frappe à Bagdad, et que doit s’entamer le procès de destitution du président Donald Trump au Sénat, les Américains demeurent majoritairement opposé à la façon d’agir de la Maison-Blanche au Moyen-Orient, indique une enquête du Pew Research Center.

Si la NASA veut continuer d’envoyer des humains dans l’espace, et si les Russes veulent maintenir la station spatiale internationale en bon état, tous deux ont intérêt à soigner leurs bonnes relations. Or, les rumeurs récentes d’un sabotage là-haut arrivent à un mauvais moment.

La commissaire européenne à la Justice, aux Consommateurs et à l’Égalité des genres, Věra Jourová donne trois mois au réseau social Facebook pour se conformer aux normes de protection du consommateur de l’Union européenne, rapporte La Vanguardia le 21 septembre. Si les résultats ne sont pas concluants, la compagnie américaine de Mark Zuckerberg subira des sanctions à travers les autorités nationales.  

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, a prédit que la Russie allait répliquer contre les pays ayant agi de concert avec le Royaume-Uni dans la foulée de l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal, laissant entendre que Moscou pourrait interférer dans l’alimentation énergétique, ou déstabiliser le quotidien des diplomates européens et de leur famille en poste à Moscou.

L’administration Trump prévoit annoncer vendredi ce qui est décrit comme la plus importante série de sanctions, jusqu’à maintenant, contre la Corée du Nord, afin d’augmenter la pression sur Pyongyang en lien avec ses tests missiliers et nucléaires, a fait savoir un haut responsable.

Le secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin, a averti mercredi qu’au cas où les Nations unies ne se mettraient pas d’accord pour imposer de nouvelles sanctions à la Corée du Nord, les États-Unis imposeraient leurs propres sanctions aux pays commerçant avec Pyongyang.