Navigation : parti québécois

Les deuxième et troisième partis d’opposition à l’Assemblée nationale tirent à boulets rouges sur le gouvernement Legault, après le reportage de l’émission Enquête, à Radio-Canada, selon lequel le ministère des Forêts du Québec pourrait être influencé par l’industrie forestière, ce qui coûterait notamment des millions de dollars de redevances forestières à l’État. Autant le Parti québécois (PQ) que Québec solidaire (QS) appellent la Coalition avenir Québec (CAQ) à corriger rapidement le tir.

Parler d’indépendance du Québec, mais autrement. La députée indépendante Catherine Fournier, qui avait claqué la porte du Parti québécois, au printemps 2019, en affirmant que la formation autrefois dirigée par René Lévesque n’était plus le véhicule idéal pour faire du Québec un pays, apporte une nouvelle pierre à son édifice souverainiste avec la publication du manifeste de son projet Ambition Québec.

La petite municipalité de Hampstead, sise à l’ouest de l’arrondissement Côte-des-Neiges à Montréal, ne souhaitait certainement pas toute l’attention médiatique et politique suscitée par les commentaires de son maire sur le projet de loi caquiste sur la laïcité de l’État. L’impact est tel, en fait, que la prochaine séance du conseil municipal est retardée pour laisser le temps aux esprits de s’apaiser.

Pour une campagne publicitaire, l’entreprise Nike prend position contre le racisme en choisissant le joueur de football à l’origine du boycottage de l’hymne américain, Colin Kaepernick. Cet engagement financé par l’exploitation du tiers-monde illustre le poids des entreprises privées sur les gouvernements, dont la campagne électorale actuelle.

À quelques mois des élections, et toujours confortablement installée en tête des sondages, la Coalition avenir Québec (CAQ) a dévoilé cette semaine son plan de « décongestion » de la grande région de Montréal. Au programme: davantage de transports en commun, mais aussi l’élargissement d’autoroutes en banlieue, pour « avantager les familles ».

« N’ayez pas peur », peut-on lire sur la tombe du défunt leader souverainiste Jacques Parizeau. Il n’est donc pas étonnant que dans son essai publié chez Atelier 10, la maison d’édition du magazine Nouveau Projet, que Jean-Martin Aussant ait choisi la phrase Résister à l’imposture des peurs comme sous-titre.

La plus grande fête à saveur politique, dimanche soir, ne devait pas être dans les locaux de Québec solidaire, malgré l’élection (sans surprise) de Gabriel Nadeau-Dubois et de Manon Massé aux postes de co-porte-parole de la formation. Non, c’est plutôt du côté du Parti libéral du Québec que l’on devait sabler le champagne, en constatant la suite de l’autodestruction de la gauche politique.