Navigation : mort

Vivre plus longtemps est le nouvel objectif des gens riches, d’après une enquête de UBS Investor Watch menée auprès de 5000 investisseurs de haut niveau en provenance d’Allemagne, de Hong Kong, d’Italie, du Mexique, de Singapour, de Suisse, de Taiwan, des États-Unis, du Royaume-Uni et des Émirats arabes unis, rapporte La Vanguardia le 21 avril.

La mort de vieillesse lundi dernier de Sudan, dernier mâle de son espèce, a permis au public de mettre un visage sur une notion d’ordinaire abstraite: l’extinction. Seules deux femelles de la sous-espèce connue sous le nom de « rhinocéros blanc du nord » sont encore en vie. Et l’hypothèse d’un sauvetage par voie d’insémination artificielle et de transfert d’embryon reste très improbable.

Le sauvetage en juin d’un jeune béluga près de Nepisiguit, au Nouveau-Brunswick et les efforts considérables pour le relocaliser dans le Saint-Laurent, ont rappelé la précarité de ces mammifères marins. Une récente étude québécoise démontre que malgré 10 ans d’interdiction, un contaminant appelé retardateur de flamme est toujours présent chez les bélugas du Saint-Laurent.

Une crise sans précédent secoue le pays depuis environ deux ans. Plusieurs centaines de personnes sont effet décédées, principalement à Vancouver, mais également plus à l’est, des suites d’une overdose de Fentanyl, un opioïde extrêmement puissant.

Adel Abdessemed n’est pas étranger à la controverse. Son œuvre Don’t Trust me, qui représentait des carcasses d’animaux abattus à coup de masse, avait été très mal reçue aux États-Unis, au point où le musée exposant, à San Francisco, avait dû annuler l’exposition à la dernière minute suite à la commotion.

Bien que le président américain Barack Obama et le premier ministre canadien Pierre Elliott Trudeau soient sortis ennoblis de leur visite à Cuba, la grandeur du commandant de la Révolution cubaine, Fidel Castro est d’avoir dit « non » à l’appropriation du continent par les États-Unis.

La mort d’un poissonnier broyé dans une benne de ramassage d’ordures ménagères a déclenché au Maroc un vaste mouvement de protestation qui n’est pas sans rappeler les germes du « printemps arabe » en 2011 en Afrique du Nord.